Traduction du coran, un foutage de gueule !

Les traducteurs du coran voulaient-ils adoucir son message violent et haineux afin d’attirer le plus grand nombre d’embrasser l’islam ?
En sachant que la personne qui devient musulmane, ne peut plus revenir en arrière car son châtiment est la mort !

3:54. Et ils [les autres] se mirent à comploter. Allah a fait échouer leur complot. Et c’est Allah qui sait le mieux leur machination !
3:54|وَمَكَرُوا وَمَكَرَ اللَّهُ ۖ وَاللَّهُ خَيْرُ الْمَاكِرِينَ
Il y a une erreur de traduction dans ce verset, pourquoi Hamidoullah a évité de traduire correctement ? Comparons les 2 versets en arabe et en français :
« Et ils [les autres] se mirent à comploter. Allah a fait échouer leur complot », ça donne ceci en arabe :
« ومكروا فأحبط الله مكرهم.”…
Et c’est Allah qui sait le mieux leur machination !
“والله يعلم مكائدهم.”
Or le verset ne dit pas cela exactement :
3:54|وَمَكَرُوا وَمَكَرَ اللَّهُ ۖ وَاللَّهُ خَيْرُ الْمَاكِرِينَ…
Et ils [les autres] se mirent à comploter. Et allah aussi, mais Allah est meilleurs comploteur.
Il y a ici une volonté délibérée de semer au maximum le doute dans l’esprit des musulmans non-arabophones, car la question se pose par elle-même, un dieu peut-il être comploteur ?
Semer la confusion est le fer de lance de cette religion et ce dieu abjecte.
Si le doute s’installe, ça sonne le glas, la fin de la croyance. Ne dit-on pas dans les milieux musulmans que le doute est le début de la mécréance ?
Sinon comment expliquer ces erreurs de traduction ?
Autre exemple :
4:142. Les hypocrites cherchent à tromper Allah, mais Allah retourne leur tromperie (contre eux-mêmes).
4:142|إِنَّ الْمُنَافِقِينَ يُخَادِعُونَ اللَّهَ وَهُوَ خَادِعُهُمْ
Si on traduit vers l’arabe ça donne :
إِنَّ الْمُنَافِقِينَ يُخَادِعُونَ اللَّهَ لَكِنَّ الله يردّ عليهم خداعهم
Par contre, il devait traduire comme ceci :
Les hypocrites cherchent à tromper Allah, c’est allah qui les trompe.
On voit bien ici que le sens est totalement différent, et qu’allah est trompeur ! Encore une fois, un dieu peut-il être trompeur ?
A méditer.

Publicités

6 réflexions sur “Traduction du coran, un foutage de gueule !

  1. Manifestement vous connaissez mal la tradition islamique. Les versets du coran ont ete commentes pendant 14 siecles, sans detour. Le coran semble attribuer des attributs difficilement attribuable a Dieu en apparence. Exemple: les versets qui mentionne  »la main de Dieu ». Or il vous suffit d’ouvrir un dictionnaire pour voir que le mot  »yad » signifie a la fois main et force, puissance. En fait votre lecture du coran est plus litteraliste que celle des integristes et ne tient aucun compte des exegeses. Il n’y a aucun complot. Il faut lire un peu plus avant d’emettre des jugements peremptoires.

    1. qui n’a pas compris entre nous, vous ou moi ?
      relisez votre message pour vous rendre compte par vous-même que vous ne dites rien de particulier.
      parler pour parler, c’est un peu la manière implicite de reconnaître ses faiblesses.
      revenons aux versets si vous le voulez bien.
      qu’est-ce que les exégèses ont fait pendant ces 14 siècles à part expliquer des choses qui n’ont pas lieu d’être expliqués.
      et sur beaucoup de points, ils ont bien séché, pour dire que ce sont les miracles du coran.
      allez un petit exemple, comment expliquez-vous les fameuses lettres du début de 26 sourats.
      « alef lem mim » et tous les autres.
      non n’essayez pas de répondre à cette question svp car depuis 14 siècles personne n’a trouvé la vraie explication.
      c’est juste à titre d’exemple et aucunement la naissance d’un nouveau débat qui ne mène nulle part.
      je vous demande de lire le coran en arabe et en français pour voir et faire les comparaisons nécessaires afin de bien savoir que ce que j’ai écrit dans cet article ne relève pas du tout de la provocation mais simplement d’une constatation amère qui induit les musulmans en erreur comme on continue de le faire dans toutes les langues.
      à condition que vous le lisiez en toute objectivité.

  2. insoumis,

    Réponses au négateurs qui prétendent avoir décelé des « erreurs grammaticales » dans le Noble Coran .

    Au sujet de la prétendue erreur de déclinaison du nom « Sabéens »

    ……… »erreur ». En 5:69.

    « Ceux qui ont cru, ceux qui se sont judaïsés, les Sabéens, et les Chrétiens, ceux parmi eux qui croient en Allah, au Jour dernier et qui accomplissent les bonnes oeuvres, pas de crainte sur eux, et ils ne seront point affligés.

    « Innal-laziina ‘amanu wal-laziina haduu was-Saabi’uuna wan-Nasaaraa man ‘amana billahi wal-Yawmil-‘Aakhri wa ‘jamila saali-hanfalaa khaw-fun ‘alayhim walaa hum yah-zanuun. »

    Il y a une erreur de grammaire dans le verset précédent. Le mot Saabi’uuna a été mal décliné.
    Dans deux autres versets, le même mot, dans exactement la même configuration grammaticale, a été décliné correctement.

    2:62 « Innal-laziina ‘amanu wal-laziina haduu wan-Nasaaraa was-Saabi’iina … »

    22:17 « Innal-laziina ‘amanu wal-laziina haduu was-« Saabi’iina » wan-Nasaaraa … »

    Notez que le mot a été écrit « Saabi’uuna » en 5:69 et a été écrit Saabi’iina en 2:62 et en 22:17.

    Dans les deux derniers versets, le mot a été décliné correctement car le mot inna du début de la phrase implique une forme de déclinaison appelée « nasb » (pour l’accusatif et le subjonctif) et le « yen » est le signe du « nasb ».

    Mais le mot Saabi’uuna en 5:69 a reçu un ‘ou, wav qui est le signe d’un « raf’a » (pour le nominatif et l’indicatif). C’est une erreur de grammaire évidente.

    Réponse:

    Certes le mot Saabi’uuna figure dans deux autres versets, mais ni la configuration syntaxique est la même ni l’effet stylistique recherché est le même:……

    …………quoiqu’il soit question dans les trois versets cités d’adjonction de quatre segments de nature grammaticale diverse (2 phrases verbales et 2 noms) à l’aide de la particule « wa » qui marque la coordination des différents éléments énumérés, il s’agit de structures sémantiquement différentes.

    La construction  » Innal-laziina ‘amanu wal-laziina haduu wan-Nasaaraa was-Saabi’iina  » présente dans la sourate 2, verset 62 s’insère au sein d’une configuration syntaxique de nature hypothétique.

    l’énumération et la coordination tend de ce fait à établir l’égalité des quatre franges, sans distinction aucune pour l’une d’entre elles, face à la possibilité d’une bonne récompense ou issue à condition (manamana minhum) de croire en Dieu ; auquel cas, nulle crainte (fala khawfun 3alayhim).

    La construction « Innal-laziina ‘amanu wal-laziina haduu was-Saabi’iina wan-Nasaaraa wal majoussa wal-laziina achrakou …… »

    Fait en fait référence dans (22:17) à une énumération plus longue que la précédente et dont les éléments constitutifs (6 au lieu des quatre habituels) sont composites.

    Le but n’étant point de les mettre sur le même diapason, mais de signaler et d’insister, par la reprise  » inna  » et  » le pronom affixe hum  » (inna Allaha yafsilo baynahom) dans la seconde partie de la phrase, sur l’inéluctable justice que fera Allah en tranchant entre eux.

    Donc l’effet stylistique recherché ici est à l’inverse du premier et pourtant il s’agit d’éléments coordonnés là aussi !

    Quant à la construction objet de contestation « Innal-laziina ‘amanu wal-laziina haduu was-Saabi’uuna wan-Nasaaraa « , l’effet recherché cette fois-ci est la mise en évidence de l’élément « sabéens « – ….

    ……..- en tant que catégorie de mécréants indigne de pardon puisqu’ils se sont égarés et écartés des deux confessions juive et chrétienne- …..

    …….-et qui devient pourtant méritoire elle aussi de rédemption et de pardon si elle fait acte de repentir et croit en Dieu.

    En opérant cette rupture de syntaxe qui intercale un sujet (montada’) dont l’attribut (khabar) est supprimé, au milieu des éléments coordonnés, l’impact du pardon et de la rétribution pour les chrétiens et les judaisés-….

    ……qui rappelons le, sont l’objet du verset précédent- se fait d’autant plus évidente et accessible en comparaison des sabéens ; à condition bien sûr qu’ils croient en Dieu et au Jour dernier.

    Az Zamakhchari fait de ce verset l’interprétation suivante  » l’objectif de cette antéposition (taqdim) est d’avertir que si les sabéens sont pardonnés quand leur foi et leur action s’avèrent vraies et salutaires, que ne ferait-on alors pour les autres » ?….

    …. (voir Al kachaf, Tome 1, p 648)

    En définitive, beaucoup plus que l’acharnement à trouver des erreurs là où il n’en existe pas,….

    ….. le fait d’imputer l’irrégularité syntaxique du V.68, S.5 à une erreur grammaticale, dénote plutôt une ignorance d’un élément important dans la grammaire arabe : la pragmatique ou les règles d’usage.

    Petit résumé que j’ai trouvé chez un frère, qui pourrait certainement te satisfaire, et peut-être meme, te ramener à la raison !

    1. @aoulad, bonjour.

      ce n’est pas la position du mot qui change la grammaire.
      il y a ici « waw alatf » qui joue son rôle quelque soit la position du mot dans la phrase.
      إن تنصب المبتدأ وترفع الخبر.

      بحكم أن آدات النصب المتبعة بحرف العطف
      وهو حرف الواو ينصب المبتدأ ولو كان غير مباشر.

      في هذه الحالة تقديم كلمة النصرى أو تأخيرها لا يغير شيء في نصب المبتدأ.

      شرح الأخ غير صائب.

      je ne sais pas si je me suis fait bien comprendre, je ne sais pas surtout si tu comprend l’arabe ou pas.

      bien à toi.

  3. …moi ce que je comprends à la lecture de ces quelques  » navettes  » remarque / réponse c’est que la personne de la Rédaction qui prétend savoir tant en langue arabe ne maîtrise pas le français écrit !…À la limite pardonnable de la part d’un  » posteur  » ou forumeur lambda, mais pas d’un membre du Rédactionnel, quand bien même il n’est pas francophone ou francoscripteur natif…
    Je signale deux faute ci-après ;j’isole entre / / le mot ou locution, et je donne la forme correcte :

    – ce n’est pas la position du mot qui change la grammaire.
    il y a ici « waw alatf » qui joue son rôle / quelque soit / la position du mot dans la phrase. : QUELLE QUE SOIT

    – je ne sais pas si je me suis / fait bien / (1) comprendre, je ne sais pas surtout si tu / comprend / (2) l’arabe ou pas. :
    – (1) la tournure exacte est l’inversion Adverbe + participe passé , donc  » je ne sais pas si je me suis BIEN FAIT comprendre…
    – (2) COMPRENDS

    Salutations

    1. …auto-critique : «  » Je signale deux fauteS ci-après… » » ; mais la fenêtre de saisie de texte est tellement mal fichue qu’il faut  » envoyer  » pour se rendre compte des erreurs d’orthographe ou de ponctuation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s