La Kaaba ou le réservoir à Dollars

Qu’est-ce que la Kaaba (Ka’ba ?

ka’aba) ? Mot arabe signifiant « cube, dé à jouer » (Lat. Cubus, Kubos (dé)) Edifice cubique.
Ses dimensions sont de 10×12 m à la base, et de 15 m de hauteur. Il est situé au milieu de la mosquée Masjid al-Haram, à la Mecque en Arabie Saoudite. Il est surmonté d’une plate-forme et recouvert d’un voile noir. L’édifice actuel qui date du VIIe siècle, est en pierre grise et en marbre. Ses quatre coins sont orientés selon les points cardinaux. La grande porte en cuivre est partiellement masquée par un rideau orné de versets du Coran en lettres dorées.
La Pierre Noire est scellée dans le mur oriental et entourée d’un cercle d’argent. Une seule ouverture pratiquée à 2 m au-dessus du sol permet d’y pénétrer à l’aide d’une échelle que l’on applique seulement pendant la période du pèlerinage. L’intérieur forme une vaste salle, ornée d’inscriptions arabes et éclairée par des lampes en or massif. Le pavé en marbre est disposé en mosaïques.
Elle est située non loin d’un puits sacré : le puits de Zamzam, dont l’eau sert à la nettoyer. Ce que dit le Coran.
Le Coran dit formellement que c’est le premier temple de l’univers. Le musulman croit qu’Adam trouva un temple à la place de la Kaaba actuelle et qu’il fit quarante pèlerinages des Indes à ce temple. ( Le problème c’est que par définition il n’y avait personne avant Adam Qui avait donc construit ce temple ?..)
Adam construisit la Kaaba mais elle fut détruite par le Déluge et replacée dans la quatrième région du ciel. Abraham reçut l’ordre de la reconstruire, ce qu’il fit avec l’aide d’Ismaël.
Alors qu’il cherchait une pierre pour marquer l’angle de la construction, Ismaël rencontra l’ange Gabriel qui lui donna la Pierre Noire qui, en ce temps là, était plus blanche que le lait. Ce n’est que plus tard qu’elle noircit au contact des péchés de ceux qui la touchaient.
(autre version : au contact d’une femme impure). Ce récit n’est évidemment qu’une adaptation de la légende juive de la Jérusalem céleste.

Ce temple longtemps honoré avant Abraham était un sanctuaire polythéiste muni de 360 statues d’idoles (ou bétyles), il s’y trouvait aussi des images d’Abraham et d’Ismaël, ce qui indique que Mahomet ne fut pas le premier à parler du rapport de ce sanctuaire avec Abraham et que la nation arabe conservait une vieille tradition à ce sujet, alors qu’Abraham (s’il a vraiment existé ce qui reste à prouver) ne s’est jamais rendu en Arabie…
La Kaaba était pour les anciens arabes païens un sanctuaire inviolable, un asile pour les criminels et un rendez-vous commercial important. Maximus Tyrius, au deuxième siècle après J.C. : « les Arabes rendent hommage à je ne sais quel dieu, qu’ils représentent par une pierre quadrangulaire ». Contrôlé par les Banu Khuza’a ce temple était païen en 570 à la naissance de Mohamed. Reconstruite par lui ( …) et les Mekkois en 605. Les 360 idoles dont le sanctuaire avait été peuplé à l’époque furent détruites en janvier 630 par les musulmans. Le puits Zem Zem fournissait une eau précieuse aux caravanes en route vers la Syrie et le Yémen.
Vers 1800, lorsque les wahhabites reprirent la Mecque aux forces ottomanes, ils saccagèrent la ka’ba et foulèrent la pierre noire de leurs pieds. Les mêmes wahhabites – qui dirigent aujourd’hui l’Arabie saoudite et se posent en « protecteurs des lieux saints de l’islam » – avaient aussi profané et détruit le tombeau de Mahomet à Médine ainsi que les « lieux saints » chiites de Kerbala.

La pierre noire Roche basaltique dont le diamètre est d’environ 30 cm.
Légendes

– D’après la tradition, Mahomet, lorsqu’il investit la Kaaba, ordonna la destruction de toutes les idoles, sauf une : une icône mariale qu’il protégea de ses mains. Maryam, mère du prophète Jésus, Isâ (Issa), est donc vénérée partout par les musulmans. – L’une des légendes prétend que dieu aurait ordonné à ses anges, tournant autour d’une maison bâtie sous son trône, d’aller construire sur la terre. une demeure similaire afin que ses « créatures » puissent aussi en faire le tour.
Une autre affirme que dieu aurait ordonné à Adam de faire le pèlerinage à La Mecque , endroit où il aurait retrouvé Eve, très précisément sur le mont Arafat voisin.
Une troisième légende avance que l’arche de Noé aurait tourné, quarante jours durant, autour de l’emplacement de la ka’ba avant d’aller échouer sur le mont Arafat. (D’autres croyances situent l’arche de Noë sur le mont Ararat).

Histoire de la pierre noire
– Fut jadis la Vénus Uranie ou la Déesse Nature des arabes qui la désignaient sous le nom d’Alilat ou Alita, modification d’Alileth (« qui brille la nuit »). – Des pierres noires faisaient l’objet d’un culte dans diverses parties du monde arabe. Faisant allusion à la pierre noire de Dusares à Petra, Clément d’Alexandrie mentionnait vers 190 « que les Arabes adorent des pierres ». Les Perses prétendaient que la Pierre Noire avait été déposée dans la Kaaba par Mahabad et ses successeurs, avec d’autres reliques et que c’était une représentation de Saturne. – D’autres pierres sacrées se trouvent dans le voisinage de La Mecque. Elles étaient à l’origine des fétiches et « elles ont acquis une personnalité mahométane superficielle en étant associées à certains personnages de l’islam ». La Pierre Noire est de toute évidence une météorite et elle doit sa réputation au fait qu’elle est tombée du ciel. – Son authenticité est douteuse, car la Pierre Noire fut enlevée par les Qarmates au quatrième siècle de l’hégire (930), et qu’ils ne la restituèrent qu’après de nombreuses années (vingt et un ans). On peut légitimement se demander si la pierre qu’ils ont rendue est la même que celle qu’ils avaient prise.

Dans les oasis du Nedjd, patrie des Séoud et du wahhabisme, on avait adoré l’idole des Benou Rabia avant que Mahomet ne se mette à prôner le monothéisme. D’abord adorée dans le temple de Rodha, cette idole des bédouins du Nedjd avait ensuite été transportée dans la ka’ba de La Mekke .
Outre la ka’ba et sa pierre noire , on observe que les Touaregs ont conservé de nombreuses superstitions préislamiques. Comme la plupart des Arabes et des Maghrébins, ils croient aux « mauvais génies » mais, pour les conjurer, ils ont recours à des fétiches, tout comme les habitants de l’Afrique noire.
Au début du XXe siècle, les Massalis d’Afrique centrale, bien que théoriquement islamisés, pratiquaient encore le cannibalisme rituel. A Java, les pratiques animistes préislamiques sont encore vivaces. C’est ainsi que les musulmans de Java continuent à vénérer des arbres fétiches et des représentations de la figure humaine selon la mode hindouiste. En Inde, des musulmans honorent les vaches sacrées et divers autres animaux, comme les Hindous. L’islam a, par ailleurs, assimilé de nombreux mythes païens :
le culte antique du tonnerre et des éclairs se retrouve dans la légende chiite d’Ali, le mythe solaire greco-romain se retrouve dans la légende d’Hossein, fils d’Ali, etc…

Avant l’islam, on adorait à La Mecque le dieu Hubal. Son idole, faite de cornaline rouge était dressée dans la Kaaba au-dessus du puits sec dans lequel on jetait les offrandes votives. L’idole d’Hubal avait probablement une forme humaine. Sa place à côté de la Pierre Noire laisse supposer qu’il devait exister un lien entre elles. Wellhausen pense qu’Hubal était à l’origine la Pierre Noire qui, comme nous l’avons déjà remarqué, est plus ancienne que l’idole. Wellhaussen note que dans le Coran, Dieu est appelé Seigneur de la Kaaba et Seigneur de la région de La Mecque. Le prophète avait ironisé sur l’hommage que les Arabes rendaient aux divinités al Lat, Manat et al-Uzza et qu’ils appelaient les filles de Dieu. Mais très vite Muhammad s’était arrêté de critiquer le culte d’Hubal. De tout cela Wellhausen conclut qu’Hubal n’est rien d’autre qu’Allah, le dieu des Mecquois.
D’ailleurs, quand les Mecquois battirent le Prophète à proximité de Médine, leur chef se serait écrié « Hurrah pour Hubal ». Tout comme aujourd’hui, les processions autour d’un sanctuaire étaient courantes.

En déambulant, le pèlerin embrassait ou touchait l’idole. Sir William Muir pense que les sept tours autour de la Kaaba « symbolisaient la révolution des planètes » tandis que Zwemer va jusqu’à suggérer que les trois tours à pas rapides et les quatre tours à pas lents « imitaient le mouvement des planètes intérieures et extérieures ». Il ne fait aucun doute que les Arabes adoraient « à une période relativement tardive le soleil et divers corps célestes ».
La constellation des Pléiades était supposée apporter la pluie. La planète Vénus était une grande déesse que l’on révérait sous le nom d’al Uzza.
Nous savons par la fréquence du prénom Shams que beaucoup d’enfants étaient dédiés au Soleil. Shams était le dieu tutélaire de nombreuses tribus et Snouck Hurgronje estime que la cérémonie du wuqkuf est la réminiscence d’un culte solaire. La déesse al Lat est également identifiée à la divinité solaire. Le dieu Dharrih était probablement le Soleil levant.
La course que les musulmans doivent accomplir entre les monts Arafat, Muzdalifh et Mina doit être achevée avant le crépuscule ou avant l’aube. Mahomet a délibérément introduit cette variante pour se démarquer des rites solaires païens. Quant au culte lunaire, il est attesté par des noms propres comme Hilal (le croissant) ou encore Qamar (la Lune). Houtsma a suggéré que la lapidation qui a lieu à Mina était originellement dirigée contre le démon du Soleil.
Ceci s’accorde avec le fait que les pèlerinages païens coïncidaient avec l’équinoxe d’automne. Le démon Soleil était chassé et ses lois rigoureuses se terminaient avec la fin de l’été. C’est alors que l’on priait à Muzdalifah le dieu du tonnerre qui apporte pluie et fertilité. Muzdalifah était un lieu où l’on adorait le feu. Les historiens musulmans se réfèrent à cette colline comme étant celle de feu sacré. Le dieu de Muzdalifah était Quzah, le dieu du tonnerre. « Un feu était allumé sur la colline sacrée que l’on appelait aussi Quzah. On y faisait halte et cette sorte de wuquf ressemblait à l’épisode du Sinaï. Dans les deux cas le dieu du tonnerre est révélé par le feu.
On peut également penser que la coutume qui consiste à se réjouir en faisant le plus de bruit possible était à l’origine une incantation pour appeler le dieu bénéfique du tonnerre. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s