Pakistan : après l’inculpation d’une fillette pour blasphème, des musulmans incendient les maisons de chrétiens

Des hordes de fanatiques ont infligé aux chrétiens une punition collective après qu’une fillette trisomique de 11 ans a été emprisonnée sous l’accusation de blasphème, un délit punissable de mort au Pakistan. lire :

Pakistan. Jeune trisomique en prison pour blasphème

église détruite au Pakistan

_____________________

Après l’incarcération d’une fillette trisomique pour «blasphème», des musulmans ont incendié des maisons de chrétiens et «détruit» une église dans un bidonville d’Islamabad, et des militants présumés ont tiré des coups de feu en direction d’une autre église à l’extérieur de la capitale pakistanaise, ont déclaré des témoins le mardi 21 août.

«Notre personnel et quelques autres chrétiens se sont rendus dans le secteur Meherabadi d’Islamabad mardi soir», a indiqué Farrukh H. Saif, directeur exécutif de l’ONG World Vision In Progress, à BosNewsLife. «Nous avons constaté que cinq maisons avaient été incendiées et une église détruite. Des bibles ont été déchiquetées et la croix d’une église a été brisée ».

Dans la ville de Karachi, au sud du Pakistan,  l’église catholique de Saint-Mathieu a été «attaquée par des extrémistes inconnus à 2 h, heure locale», a ajouté Saif, citant des enquêteurs. «Ils ont ouvert le feu en direction de l’église et endommagé la façade dans le quartier Pehlwan Goth de Karachi».

Ce n’était pas un incident isolé dans ce quartier, des «extrémistes musulmans» ayant attaqué les propriétés de chrétiens et des églises à deux reprises l’année dernière, a ajouté Saif. Les dernières violences ont éclaté pendant que Rimsha, 11 ans, se préparait à passer une autre nuit à la sinistre prison d’Adiala à Rawalpindi à proximité d’Islamabad.

La police a emprisonné la fillette le vendredi 17 août  après que des centaines de manifestants musulmans ont exigé qu’elle soit inculpée en vertu des lois du Pakistan sur le blasphème. Le lundi 20 août, pendant que les musulmans célébraient la fête de l’Aïd al-Fitr, Rimsha était toujours dans la prison d’Adiala, apparemment avec sa mère, en attente d’être fixées sur leur sort.

Des hordes de musulmans ont incité les voisins chrétiens de la jeune fille et d’autres à fuir, ont indiqué Saif et d’autres activistes. Des milliers de chrétiens sont encore à l’extérieur de la zone du bidonville où le coran aurait été brûlé et ils craignent pour leur vie, ont déclaré des défenseurs des droits humains.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s