La misogynie du monothéisme

Tout d’abord, il faut savoir que les femmes, dans la plupart des religions et cultures, à travers le monde et les époques, que ce soit en Grèce, en Chine, en Inde, en Amérique précolombienne ou en Perse, ont presque toujours été définies comme étant des pécheresses. Bien évidemment, les religions révélées dans les Ecritures n’échappent pas à cette règle. La place qui est attribuée aux femmes est donc directement liée à ce qu’est ou a été leur place dans les différentes sociétés, aux différentes époques. Cela démontre que ces pseudos révélations divines sont bel et bien l’oeuvre d’êtres humains et non d’une instance divine transcendante.

Voici un aperçu de cette misogynie propre au monothéisme:

Les femmes dans le Judaisme :

• On leur attribue le premier péché (Genèse) qui les rend définitivement suspectes.

• Elles comptent si peu qu’on les mentionne à peine dans les descendances décrites dans l’Ancien Testament.

• Elles font partie des meubles : « Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son esclave, ni son bœuf, ni son âne, ni rien qui lui appartienne. » (Exode 20:17 – Deutéronome. 5:21),

• Ce sont des séductrices qu’il convient d’éviter ! « Et j’ai trouvé plus amère que la mort, la femme dont le coeur est un piège et un filet, et dont les mains sont des liens; celui qui est agréable à Dieu lui échappe, mais le pécheur est pris par elle. » (Ecclésiaste 7:26).

Les femmes dans le Christianisme :

• Ce sont les hommes d’abord : « Il y avait environ cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants. » (Matthieu 14:21).

• L’égalité devant Dieu vaut pour l’au-delà, mais pas sur Terre :

« Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. » (1ère épître aux Corinthiens 11:3). On ne peut guère être plus explicite.

• Symbole de soumission et d’humilité, le voile s’impose longtemps aux chrétiennes et reste encore en vigueur dans de nombreuses communautés.

• La femme est l’objet honteux du désir que l’Eglise catholique tente de transcender avec un culte platonique pour la Vierge Marie.

• Encore aujourd’hui, chez les catholiques, la prêtrise est réservée aux seuls hommes et les rares femmes admises au concile Vatican II n’étaient que des auditrices.

Les femmes dans l’Islam :

• Les règles et les lois qui maintiennent la femme en position de subordination au sein de l’islam sont nombreuses. Par exemple, elle n’a pas le droit de quitter son domicile sans être accompagnée par un parent masculin. Aux termes de la loi islamique, la femme ne peut ni diriger un état ni être juge. Elle ne peut hériter que moitié moins qu’un homme. Au tribunal, son témoignage a deux fois moins de valeur que celui d’un homme. Elle n’a pas le droit de choisir où elle vivra ni qui elle épousera. Elle n’a pas le droit d’épouser un non-musulman ni de divorcer de son mari. En revanche, son mari peut divorcer d’un geste de la main. Et, selon la charia, il peut (et doit) la battre si elle lui désobéit. Elles ont besoin de la protection d’un homme car, seules, elles ne peuvent avoir de vie sociale. Le port du voile est une confirmation de leur infériorité.

• La seule manière pour une femme d’être certaine d’aller au paradis est que son mari soit content d’elle au moment où elle meurt. ( Quand j’ai lu ça, j’ai pensé « Mahomet, tu es malin », c’est le conditionnement classique du bâton et de la carotte qui est à l’oeuvre pour imposer les comportements ) . À l’évidence, cette idée facilite la soumission de la femme. Elle la motive à se soumettre par elle-même. Elle la motive fortement à subordonner ses vœux à ceux de son mari, parce que si elle a une chance d’aller au paradis en étant bonne musulmane, la seule manière de se garantir le paradis (et donc de s’éviter les souffrances éternelles de l’enfer) est de faire en sorte que son mari soit content d’elle lorsqu’elle meurt.

Pour toutes ces raisons,  je trouve toujours étonnant que les femmes acceptent se soumettre à de tels dogmes, où la discrimination sexuelle piétine allègrement les droits humains les plus élémentaires des femmes.

sources:

http://idiocratie.me/?p=255

http://mutien.com/site_officiel/?p=110

Une réflexion sur “La misogynie du monothéisme

  1. grossière erreur en ce qui concerne le judaïsme:
    Toutes les grandes décisions du peuple juif sont prises par des femmes:
    Sarah fait renvoyer Ishmaël
    Rebecca fait bénir Jacob
    Rachel aide sa soeur Léa
    Tamar se fait faire un enfant par Judah
    Myriam combat le décret de Pharaon
    Les femmes ne participent pas au veau d’or etc…
    Toutes les figures féminines de la Bible juive sont des femmes de caractère dont les décision l’emportent sur le laxisme ou les erreurs des hommes.

    Vous confondez « impression » et lecture attentive d’un texte.

    Ce qui est important c’est quelle image des femmes véhiculent les religions:

    Judaïsme: femme de caractère ( louée chaque vendredi soir)
    Christianisme: prostituée ou vierge
    Islam: inexistante

    la messe est dite!😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s