Ces bouchers nazis devenus de bons musulmans (partie 2)

Source: http://www1.alliancefr.com/ces-bouchers-nazis-devenus-de-bons-musulmans-news0,26,10960.html

Article paru à l’origine dans  « Agoravox.fr »
Dans les années 1960-70, le docteur Tarek Hussein Farid exerçait son métier au Caire. Ce musulman pieux qui fréquentait tous les jours la mosquée et ne ratait jamais le prêche du vendredi, parlait très mal l’arabe. Tellement mal qu’il préférait résider dans un hôtel dont le gérant était un militaire germanophone qui lui servait d’interprète.
Cet ancien officier nassérien aimait bien les vieux nazis. Après tout, ils s’étaient opposés au colonisateur anglais. Et ils auraient empêché la création de l’état d’Israël s’ils avaient gagné la guerre… D’ailleurs, cet aimable aubergiste était un ancien du « misr al fata », le mouvement de la jeunesse égyptienne nazie.

Une structure encouragée par le grand mufti Amine Al Husseini, ami d’Adolf et des dignitaires du reich. Un homme au parcours tortueux dont je vous ai entretenu naguère.

Docteur Tarek né Haribert Heim

Né le 28 juin 1914 à Bad Radkersburg en Autriche, Heim adhère au parti nazi en 1936, deux ans avant l’anschluss. En 1940, docteur en médecine, il demande à être intégré aux SS. Une requête agréée. On l’affecte au camp de Mauthahausen où on lui attribue un boulot de chercheur passionnant : étudier les frontières de la douleur et de la mort en effectuant des expériences sur des prisonniers politiques et des déportés.
En les « travaillant » le plus abominablement possible afin de les pousser dans leurs derniers retranchements. Par exemple en les piquant directement dans le coeur, ce qui lui vaudra le surnom de « el banderillo » chez les déportés espagnols. Plus sobres, les Allemands l’appelaient simplement « Doktor Tod » (Docteur La Mort) du fait de son autre spécialité : les éviscérations complètes, lentes et progressives, effectuées sans anesthésie. Voir ses tripes et mourir…

Certes Heim n’était pas un haut personnage dans la hiérarchie hitlérienne. Mais il torturait autant pour la pseudo-science des nazis que pour son plaisir sadique, ses notes de travail en témoignent.
Comme il n’était pas recherché à la fin de WW 2 avec autant de persévérance que Eichmann ou Mengélé, il avait réussi en 1945 à cacher son identité et son passé aux Américains qui l’avaient libéré au bout de 2 ans
Après quoi, il avait continué à exercer tranquillement son métier (de médecin, pas d’assassin !) à Baden Baden jusqu’en 1962.

La traque aux anciens nazis s’étant intensifiée à la fin des années 50, se sentant menacé, il avait préféré prendre la poudre d’escampette. Après avoir erré quelque temps en Amérique latine, il avait fini par trouver un refuge sûr en Egypte. Le monde arabe servait volontiers de sanctuaire aux anciens nazis. Lesquels, s’ils se convertissaient à l’islam, pouvaient même y faire des carrières intéressantes. Car à la détestation commune des Juifs, s’ajoutaient des souvenirs de « frères de combat. » Après tout, il y avait bien eu 60.000 volontaires musulmans dans les waffen SS. Cela crée des liens…

Une fin rocambolesque

Nul ne sait vraiment ce que serait devenu le docteur Tarek qui aurait 96 ans aujourd’hui s’il vit encore. Car on prétendit l’avoir identifié au Chili en 2008.. Par contre, un romancier israélien le donnait abattu au Canada dans les années 1980 par des chasseurs de nazis (alors qu’il vivait déjà en Egypte depuis un bout de temps !) Et son propre fils Rüdiger Heim prétendit que son père serait mort d’un cancer au Caire en août 1992.

« Oncle Tarek », le bienfaiteur du quartier du vieux Caire où il résidait, aurait souhaité léguer son corps à la science. Une dernière volonté qui ne put être exaucée, l’islam prohibant le découpage des morts même à des fins scientifiques. Après quelques embrouilles avec les religieux, le corps aurait finalement été saisi par la police égyptienne, qui l’aurait balancé dans une fosse commune.

Une version controversée donnée par le fils de Heim et infirmée par des locataire des l’hôtel Qasr el Medina où résidait l’ancien nazi. Et à laquelle ne crut guère Ephraïm Zuroff le directeur de l’antenne israélienne du Centre Simon Wiesenthal, qui fit alors passer à 1 million de dollars la prime offerte à celui qui ramènerait Heim mort ou vif, la mort pouvant être prouvée par analyse d’ADN.

Y a-t-il une vie après Adolf ?

Aussi étonnante que puisse paraître la vie de Heim, elle fut somme toute banale.syriens-ca044.jpg
En Egypte, il était discret et évitait d’attirer l’attention sur lui en fréquentant d’anciens nazis… Une exception, la plupart de ceux-ci s’étant reconvertis dans les activités policières, militaires et bien sûr anti-juives. Trois spécialités très cotées chez les dictateurs qui les hébergeaient.

Bien que tous ne se soient pas convertis, voici une liste (non exhaustive) de ceux qui récitèrent la shahada afin de complaire à leurs nouveaux maîtres :

Altern Erich, chef régional des affaires juives en Galicie (Pologne et Ukraine actuelles)
Devenu Ali Bella dans les années 50 en Égypte, conseiller militaire de l’armée égyptienne puis instructeur de commandos dans des camps palestiniens.

Appler Hans, bras droit de Goebbels, directeur du service de propagande nazie,
Devenu Salah Chaffar en Égypte, haut fonctionnaire au ministère de l’information en 1956.

Bartel Franz, chef-adjoint de la gestapo à Kattowitz (Pologne)
Devenu Al Hussein en 1959, affecté à la section anti-juive du ministère de l’intérieur au Caire.

Bender Bernhardt, chef de section à la gestapo de Varsovie,
Devenu Béchir Ben Salah, haut conseiller de la police politique de Nasser au Caire.

Birgel Werner, officier SS chargé des déportations de Juifs et de Résistants,
Devenu Amin Al Ghamin, conseiller spécial au ministère de l’information au Caire.

Boeckler Wilhelm, officier SS, co-organisateur de la liquidation du ghetto de Varsovie,
Devenu Moussad Abdelhaï, conseiller dès 1949 au département « action » du bureau des affaires anti-sionistes du Caire.

Boerner Wilhelm, gradé SS, sous-officier au camp de Mauthahausen,
Devenu Ali Ben Keshir, gradé au ministère de l’Intérieur égyptien, avant d’être instructeur du Front Populaire de Libération de la Palestine.

Brunner Aloïs, bras droit d’Eichmann, responsable des déportations en Autriche, Tchécoslovaquie, Grèce. Chef du camp de Drancy.
Devenu Ali Mohammed à Damas, conseiller des services spéciaux syriens.

Buble Friedrich, obergruppenfùhrer SS à la section interrogatoires de la gestapo de Berlin,
Devenu Ben Amman, dès 1952 conseiller spécial de la police égyptienne.

Daemling Joachim, chef de la gestapo de Düsseldorf,
Devenu Ibrahim Mustapha, conseiller à l’organisation du système pénitentiaire égyptien, puis journaliste politique à Radio Le Caire.

Gleim Leopold, chef des services de renseignement à Varsovie,
Devenu lieutenant-colonel Al Nashar, cadre de la Sécurité d’État égyptienne, puis chargé d’un centre de détenus politiques au bord de la mer Rouge.

Gruber Hans, membre des services spéciaux allemands,
Devenu El Aradji, recruté dès 1950 comme conseiller à la direction de la Ligue arabe à Damas.

Heiden Ludwig, journaliste à l’agence anti-juive Weltdienst,
Devenu El-Hadji, a traduit Mein Kampf en arabe et contribué à le diffuser en Egypte et en Syrie.

Münzel Oskar, général SS de blindés
Devenu Moktar Menalhi, haut conseiller militaire au Caire dans les années 50.

Peschnik Dieter, officier de la gestapo,
Devenu El Saïd, cadre supérieur dans la police politique de Nasser.

Seipel Adolf, sturmbannführer SS, tortionnaire à la gestapo de Paris,
Devenu Ahmed Zahir, gradé au service de sécurité militaire au Caire.

Sellmann Heinrich, chef de la Gestapo à Ulm,
Devenu Hassan Suleimann, conseiller technique au ministère de l’intérieur au Caire, puis agent des services spéciaux égyptiens.

Thiemann Albert, officier SS en Tchécoslovaquie, responsable de divers massacres de civils,
Devenu Amman Kader, avec un poste de direction au ministère de l’intérieur au Caire.

Von Leers Johannes, collaborateur de Goebbels, donné pour mort en 1949,
Devenu Omar Amine, chef du département antisioniste au ministère de l’information au Caire en 1955.

diminuer la taille de la police agrandir la taille de la police imprimer écrire au rédacteur transmettre à un ami réagir à l'article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s