Le véritable islam

* Avant d’entreprendre la lecture de cet article, je tiens à vous préciser que je ne cautionne pas personnellement ce qu’a écrit l’auteur du texte en ce qui a trait à la dichotomie évoquée entre  » Islam=mauvais  » et  » christianisme= bon », car certaines notions du christianisme sont aussi condamnables que celles présentes dans l’Islam, surtout en ce qui concerne les  femmes (voir l’article) :

 » La misogynie du monothéisme  » . *

Sur ce, bonne lecture ! Asherali.

Pour lire la source de cette article:

c’est par ici

Islam religion d’amour STOP C’EST un FAKE !

Aujourd’hui, je suis fatigué d’entendre de gros abrutis d’occidentaux défendre un islam alors qu’ils ne savent même ce que c’est !

En fait, ils me font penser à ces mêmes personnes qui défendent les sionistes sans connaître leur idéologie fasciste.

Soit, aujourd’hui, je vais donc publier une arme absolue > La Vérité sur l’islam.

Ce livre à été publié en Néerlandais et en Anglais. J’ai voulu le faire publier en France, mais il a été censuré (les éditeurs se sont chiés dessus, ou bien ils sont complices du système…). Donc si vous êtes éditeur, et si vous désirez publier cet ouvrage, je vous invite à me contacter.

Car ces vérités, vos merdias ne vous les diront JAMAIS et pour cause : L’islam est une arme de destruction massive !

Une arme inventée uniquement pour asservir les arabes, pour mieux les contrôler et au pire, les tuer via les nombreuses lois de la charia (loi qui ne s’applique pas sur les maitres et pour preuve, regardez ces princes arabes qui viennent à cannes se taper des putains en sirotant le dernier champagne…).

Allez go go go dirait le combattant pour libérer son peuple de l’oppression.

Ah oui, j’allais oublier ; je n’ai pas mis l’intégralité du livre, vous comprendrez que dans le cas contraire, je ne serais plus à la recherche d’un éditeur…

DÉDICACE > A tout homme loyal qui recherche la vérité

A tout homme courageux qui ; lorsqu’il découvre la vérité, la proclame et donne sa vie pour la faire triompher

A la mémoire de Hussein Sudmond en Iran, Nehmat Ahmer au Pakistan, Abdel Hamid Bashary en Egypte, Sadek Abdel Karim en Arabie saoudite, et Zia Nodrat en Afghanistan… et bien d’autres qui ont préféré subir l’emprisonnement, la torture et la mort dans leur pays, plutôt que de renier leur fois en Jésus Christ.

AVANT-PROPOS

L’islam se présente aujourd’hui au monde dans un emballage attrayant.

Les activistes musulmans assurent que leur religion exhorte ses adeptes à croire en allah et au Jour dernier (surate 4 :59), les incites à faire le bien, à renoncer au mal, à observer la prière et à pratiquer la charité (Surate 9 :71). Ces bons préceptes plaisent et attirent un grand nombre de personnes au sein de l’islam.

Cependant, il y a une autre image de l’islam qu’on dissimule aux nouveaux convertis. Des questions d’une importance primordiale touchant la vie des individus et faisant partie intrinsèque de l’islam sont soigneusement évitées, voilées ou omises. La traduction même de certains passages du Coran s’éloigne de l’original arabe pour mieux leurrer ces convertis.

L’Objet de cette étude est de défaire cet emballage séduisant et d’en explorer le contenu. Il a pour but d’exposer certains enseignements de l’islam qui sont cachés aux chercheurs et d’aider le lecteur à se faire une idée plus réaliste de ce que serait l’existence sous l’emprise de tel enseignements.

Cette étude n’est pas exhaustive, elle donne seulement des échantillons. Pour une recherche plus approfondie du sujet, vous pouvez communiquer avec nous pour recevoir une documentation complémentaire.

PREFACE

AU DELÀ DE LA FAÇADE

L’islam que les activistes musulmans présentent aujourd’hui à l’Occident est totalement différent de l’islam que nous avons connu et expérimenté au Moyen-Orient. C’est une nouvelle version révisée, modifiée, améliorée et édulcorée du véritable islam. Une opération majeure d’embellissement y a été pratiquée.

Il faut avouer à leur crédit que le mouvement d’islamisation mondial a gagné, au cours de ces dernières années, en perspicacité et en subtilité. Faute de puissance, ils font preuve à présent d’ingéniosité.

Incapable de conquérir le monde comme autrefois par l’épée, ils ont décidé d’y parvenir par la ruse.

Voici quelques-unes des méthodes adoptées actuellement par les activistes musulmans :

1. Changement d’Identité

Ils évitent de mentionner les enseignements qui peuvent blesser le citoyen occidental : par exemple, que la femme n’est pas l’égale de l’homme, et que l’homme a le droit de battre sa femme. Ils ne mentionnent jamais le code pénal islamique : la mise à mort de l’apostat, la flagellation de l’ivrogne, l’amputation de la main du voleur…

Ils affirment leur croyance en Moïse et en Jésus et s’abstiennent de qualifier les juifs et les chrétiens d’ »Infidèles » et d’appeler les uns « sionistes » et les autres « croisés »

Ils ne veulent surtout pas déplaire au monde. Ainsi, estimant que des noms tels que Muhammad, Mustafa ou Omar sont disgracieux aux oreilles occidentales, l’animateur musulman de leur programme à la T.V. se présente sous le nom chrétien de Paul. Ils utilisent les termes d’ « école du dimanche » au lieu de « cours du vendredi » et clôturent leurs émissions en formulant la salutation chrétienne : « Le Seigneur vous bénisse »

2. Changement de vocabulaire

Ils emploient maintenant une toute nouvelle terminologie. Des mots comme charité et grâce font désormais partie de leur vocabulaire.
Des termes théologiques chrétiens tels que : « salut », « justification » et « sanctification » sont maintenant intégrés à leurs enseignements.

Ils altèrent les traductions coraniques(1) pour dissimuler certains enseignements radicaux de l’islam. Ainsi dans la sourate 17, verset 16, allah dit :

Lorsque Nous voulons détruire une cité, Nous ordonnons à ceux qui y vivent dans l’aisance de se livrer à leurs iniquités. La parole prononcée contre elle se réalise et Nous la détruisons entièrement.

Or la traduction du coran ordonnée par le roi Fahd d’Arabie saoudite ajoute, entre crochets, des mots qui donnent le sens opposé à cet enseignement indigne du vrai Dieu :

Et quand nous voulons détruire une cité, Nous ordonnons à ses gens opulents [d’obéir à Nos prescriptions], mais (au contraire) ils se livrent à la perversité. Alors la parole prononcée contre elle se réalise, et Nous la détruisons entièrement.

Nous retranscrivons le texte corrompu pour mieux cerner le jeu du traducteur :

Nous ordonnons à ses gens opulents [d’obéir à nos prescriptions], mais (au contraire) ils se livrent à la perversité(2)

1 Les citations du Coran, dans ce livre, ont été faites à partir du texte arabe et en lien avec plusieurs traductions françaises. Celle de Denise Masson (Edition Gallimard, 1980) a été largement utilisée, Celles d’autres exégètes érudits ont été consultées : Régis Blachère (Editions G.-P. Maisonneuve, Paris, 1957), Jacques Berque (Editions Sindbad, Paris, 1990).

2 « amara moutrafiha fafaçakou » : « Nous ordonnons à ses gens opulents et ils s’y livrent à la perversité ». On voit comment le sens du texte est altéré par l’ajout des mots entre crochets, la traduction inexacte de fa par mais et son renforcement par l’ajout de (au contraire).

3. Changement de stratégie

Les tactiques que nous venons d’énumérer ne sont pas nouvelle dans l’histoire de l’islam. Dans son livre « L’automne de la fureur » le célèbre écrivain égyptien Mohammed Hassanein Heikal signale deux comportements opposés selon que la communauté musulmane est faible ou forte.

La phase de faiblesse et la phase du jihad (guerre sainte)

Heikal écrit : « C’est ainsi qu’apparaît la notion du Jihad dans l’idéologie de Abul Aala Almaudoody. Il distingue deux phases différentes dans la vie de la communauté musulmane :

« La phase de faiblesse dans laquelle la communauté musulmane se trouve incapable d’assumer sa propre destinée. Et, dans ce cas – selon sa pensée – elle doit se replier sur elle-même pour se préparer à affronter la seconde phase, celle du Jihad.

« La Phase du Jihad survient lorsque la période de préparation s’achève et que la communauté musulmane se sent apte à sortir de son isolement et à assumer par le combat (Jihad) son propre destin.

« A ce propos, Abul Aala Almaudoody établissait un lien de comparaison entre, d’une part, les phases de faiblesse et de Jihad, et d’autre part, le combat de muhammad à la mecque puis à Médine. »

Muhammad à la mecque et muhammad à Médine

Les historiens s’accordent pour dire qu’il y a une grande différence entre la personnalité de Muhammad à la mecque et sa personnalité après son émigration à Médine.

A la mecque, muhammad était faible, luttant pour se faire accepter, souvent bafoué et ridiculisé par les siens. Il essaya au début de les gagner en se montrant bon et compatissant. Ses enseignements condamnaient la violence, l’injustice et l’insouciance envers les pauvres.

Cependant, après son départ pour Médine et ayant grandi avec ses adeptes en force et en nombres, il devient un redoutable guerrier résolu à répandre sa « religion » par l’épée.

Ce changement dans la personnalité de muhammad devient évident lorsqu’on compare les surates de la mecque avec celles de Médine.

En voici quelques exemples :

Dans la surate 73 :10, Dieu dit à Muhammad d’être patient avec ses adversaires : « Supporte patiemment leurs discours ; écarte-toi d’eux poliment. » Tandis que dans la surate 2 :191, Dieu lui ordonne de tuer ses adversaires : « Tuez-les partout où vous les trouverez, chassez-les des lieux d’où ils vous auront chassés… »

Dans la surate 2 :256, Dieu dit à muhammad de ne pas imposer l’islam par la force : « pas de contrainte en religion ! » Tandis que dans le verset 193, Dieu lui dit de mettre à mort quiconque rejette l’islam : « Combattez (tuez)-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition et que la religion de Dieu soit rétablie. »

Dans la surate 29 :46, Dieu dit à muhammad d’être bienveillant envers les gens du Livre (chrétiens et juifs) : « Ne discute avec les gens du Livre que de la manière la plus courtoise. – Sauf avec ceux d’entre eux qui sont injustes -. Dites : ‘Nous croyons à ce qui est descendu vers nous et à ce qui est descendu vers vous. Notre Dieu qui est votre Dieu est unique et nous Lui sommes soumis.’ »

Tandis que dans la surate 9 :29, Dieu lui dit de combattre les gens du Livre : « Combattez ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier… ceux qui, parmi les gens du Livre, ne pratiquent pas la varie religion (l’islam). Combattez-les jusqu’à ce qu’ils payent le tribut après s’être humiliés.»

Pour justifier ce changement soudain dans l’évolution du Coran d’une doctrine pacifique à une doctrine militaire et d’un esprit de conciliation à un esprit de confrontation, muhammad prétendit que c’était Dieu qui avait parlé ainsi. C’était Dieu qui avait abrogé les versets pacifiques pour les remplacer par des versets durs.

La vérité, comme le dit Almaudoody, c’est que muhammad devint assez fort pour passer de la phase de faiblesse à la phase de combat (Jihad).

Nous sommes aujourd’hui, en Occident, les témoins de la phase islamique de faiblesse ; mais ne soyons pas dupes, car tôt ou tard la phase de combat s’en viendra. Ce petit agneau si docile se transformera en un loup vorace et la douce mélancolie du bêlement se changera en un terrible rugissement.

Chapitre I

LE MESSAGER ET LE MESSAGE

En l’an 610 de l’ère chrétienne, alors qu’il méditait en solitaire dans une caverne proche de la mecque, muhammad dit que l’ange Gabriel s’était manifesté à lui dans une vision et lui avait transmis le premier message de l’islam.

1. MUHAMMAD

Muhammad est né en 570 d’une noble famille issue de la respectable tribu de Quraysh. Son père mourut avant sa naissance et il n’avait que six ans quand sa mère décéda. Quand il eut atteint ses huit ans, son grand père Abdel Muttalib qui le gardai mourut, lui aussi, le laissant entre les mains de son oncle Abou Talib.

Durant sa jeunesse, muhammad fut en contact avec des sectes chrétiennes et juives engagées souvent dans les polémiques religieuses. Cette influence judéo-chrétienne a certainement provoqué en lui un désenchantement à l’égard de la religion traditionnelle et polythéiste des Arabes de cette époque. Plus tard, il désignera les chrétiens et les juifs comme des « Gens du Livre », en référence à la Bible.

A l’âge de vingt-cinq ans, muhammad conduisit des caravanes pour le compte d’une veuve fortunée du nom de Khadija qui l’épousa ultérieurement. Elle était son ainée de 15ans. Il devint par la suite un riche commerçant.

A quarante ans, il passa beaucoup de temps dans la méditation et se proclama choisi par Dieu pour prêcher la vraie religion.

Dès lors, il fit face au harcèlement et à la persécution des chefs de tribus de La Mecque qui voyaient dans cette nouvelle religion une menace à la principale source de revenu de la cité, les pèlerinages effectués au sanctuaire païen de Kaaba.

En 622, ses adversaires tentèrent de l’assassiner mais il parvient à s’enfuir avec ses adeptes – peu nombreux – vers Yathrib (appelé plus tard « Médine »). Cette migration, connue sous le nom de Hégire, marque le début de l’ère musulmane.

A Médine, les adeptes de muhammad augmentèrent en nombre et en force. De là, il entreprit une série de razzias contre la de La Mecque qui aboutirent à sa reddition, puis à l’assujettissement de toute la péninsule d’Arabie.

Muhammad mourut en 632.

2. L’ISLAM

Le mot « islam » signifie « soumission » (à Dieu). L’islam ne se considère pas comme une nouvelle religion, mais plutôt comme l’achèvement et le couronnement des révélations de Dieu à Abraham, Moïse et Jésus.

Pour devenir musulman, on doit accepter et réciter le credo de l’islam, et communément appelé les deux professions de foi : « il n’y a de Dieu qu’allah et muhammad est l’envoyé d’allah ». Un musulman doit croire à six dogmes : Dieu, les Anges, les Ecritures, les Prophètes, le Jour du Jugement et le Fatalisme.

Un musulman doit également observer cinq obligations religieuses appelées « piliers de l’islam », à savoir : la profession de foi, la prière, l’aumône, le jeûne et le pèlerinage à La Mecque. Certains musulmans ont élevé au rang de sixième obligation religieuse l’impératif coranique de propage l’islam par la guerre sainte (Jihad).

3. JIHAD (GUERRE SAINTE)

« Jihad » est un mot arabe qui signifie « lutte ».

En ce sens, Jihad est le combat pour la cause de la propagation de l’islam, impliquant tous les moyens disponibles, y compris la violence. Cette sorte de Jihad est souvent désignée comme une « Guerre Sainte ».

Pour recourir à la violence, les musulmans n’auront pas de difficulté à trouver des passages du Coran et Hadith qui, non seulement pardonnent la violence, mais l’ordonnent.

Dans le coran, allah ordonne aux musulmans de terroriser pour Son compte, les non-musulmans :

« Frappez de terreur l’ennemi d’Allah et le vôtre. » Surate 8 :60

« Combattez (tuez)-les (les non-musulmans) ! allah les châtiera (tourmentera) par vos mains ; Il les couvrira d’approbres. » Surate 9 :14

« Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des incrédules : frappez sur leurs cous ; frappez-les tous aux jointures. Ce n’est pas vous qui avez tués ; mais c’est allah qui les as tués. » Surate 8 :12.17

« Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des incrédules qui sont près de vous. Qu’ils vous trouvent durs. Sachez qu’allah est avec ceux qui le craignent » Surate 9 :123

Dans les Hadith (les dires de muhammad), celui-ci aussi presse les musulmans de pratiquer le jihad :

On demanda un jour à muhammad : Quelle est la meilleure action pour les musulmans après la croyance en allah et en son envoyé ?

Sa réponse fut : « Participer au Jihad pour la cause d’Allah. » Al-Bukhari vol 1 :25

Il est aussi rapporté que muhammad disait : « J’ai reçu l’ordre de combattre le peuple jusqu’à ce qu’ils disent que personne n’a le droit d’être adoré sinon allah. » Al-Bukhari vol 1 :25

Il vaut la peine de noter ici que les mots « combattre » et « tuer » apparaissent dans le Coran plus souvent que le mot « prier ».

Muhammad : un exemple

Ce qui suit est un simple exemple de Jihad tiré de la vie du prophète de l’islam.

Après la guerre des fossés, dans laquelle muhammad était assiégé par les Qurayshites conduits par Abu Sofyan, on prétendit que la tribu juive des Bani Qurayza avait accepté de fournir de l’aide de l’intérieur aux forces d’Abu Sofyan. Bien que cette aide présumée ne se concrétisât pas et que le siège prît fin, muhammad, néanmoins, ne leur pardonna jamais leur volonté d’aider ses ennemis.

Les musulmans se retournèrent contre les Bani Qurayza et firent le blocus de leurs rues pendant vingt-cinq jours. La tribu juive se déclara prête à accepter de se rendre, d’abandonner ses biens et de s’en aller avec un sauf-conduit.

Pourtant, muhammad n’y consentit pas et désigna plutôt comme arbitre Saad ibn Moaz, un homme connu pour être en mauvais termes avec les Bani Qurayza. Saad décréta que tous les hommes de Bani Qurayza seraient décapités, les femmes et les enfants, vendus comme esclaves et leurs propriétés, divisées entre les musulmans.

Des tranchées furent creusées dans le bazar de Médine pour recevoir les neuf cents corps des Juifs que muhammad passa la nuit à massacrer. (Voir ibn Hisham : La biographie du prophète, vol 2, pages 40-41).

Chapitre II

L’ISLAM MIS EN PRATIQUE

Selon le Coran

L’islam est plus qu’une religion. C’est un mode de vie complet.

Fondé sur le coran, sur muhammad, ses compagnons et des générations de théologiens, un code régit tous ses aspects de la vie sociale, politique, économique et religieuse des musulmans.

Nous nous contenterons d’examiner dans ce chapitre quelques lois tirées du coran, sources et base principale du droit islamique (Chari’a). C’est au lecteur de juger s’il est capable de vivre sous de telles lois.

1. LES DROITS DE LA FEMME

Dans l’islam, la femme est-elle l’égale de l’homme ?

– L’islam enseigne que les hommes sont supérieurs aux femmes :

« …Les femmes ont des droits équivalents à leurs obligations, et conformément à l’usage. Les hommes ont cependant une prééminence sur elles… » Surate 2 :228

Dans quelles situations la femme n’égale pas l’homme dans l’islam ?

– L’Islam enseigne que les femmes sont inégales aux hommes dans au moins deux domaines majeurs :

Premièrement, dans le droit de succession, la part d’une femme est la moitié de celle d’un homme :

« Dieu vous ordonne d’attribuer au garçon une part égale à celle de deux filles. » Surate 4:11

Deuxièmement, dans le témoignage en justice, le témoignage de deux femmes équivaut à celui d’un seul homme :

« …demandez le témoignage de deux témoins parmi vos hommes. Si vous ne trouvez pas deux hommes, choisissez un homme et deux femmes, parmi ceux que vous agréez comme témoins… » Surate 2:282

Quel est le statut de la femme par rapport à son mari ?

– L’islam considère l’épouse comme un bien :

« L’amour des biens convoités est présenté aux hommes sous des apparences belles et trompeuses : tels sont les femmes, les enfants, les lourds amoncellements d’or et d’argent, les chevaux racés, le bétail, les terres cultivées… » Surate 3:14

– D’après l’islam, les femmes sont impures.. Si un musulman touche une femme (même sa propre épouse) avant de prier, il est considéré impropre à la prière :

« Ô vous qui croyez ! N’approchez pas de la prière alors que vous êtes ivres – attendez de savoir ce que vous dites – ou impurs – à moins que vous ne soyez en voyage – attendez de vous être lavés. Si vous êtes malades, ou si vous voyagez, ou si l’un de vous revient du lieu caché, ou si vous avez touché des femmes et que vous ne trouviez pas d’eau, recourez à du bon sable que vous passerez sur le visage et sur les mains. Dieu est Celui qui efface les péchés et qui pardonne. » Surate 4:43 (voir aussi 5:6)

Quelle est l’étendue de l’autorité du mari sur sa femme ?

– L’islam enseigne que le mari a le droit de corriger son épouse. Battre sa femme ou s’abstenir des relations sexuelles avec elle sont des châtiments autorisés :

« Les hommes ont autorité sur les femmes en vertu de la préférence que Dieu leur a accordées sur elles… Admonestez celles dont vous craignez l’infidélité ; reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les… » Surate 4:34

« Un délai de quatre moi est prescrit à ceux qui se sont engagés par serment à s’abstenir de leurs femmes. Mais s’ils reviennent sur leur décision… Dieu est Celui qui pardonne, il est miséricordieux. » Surate 2:226

Quelle sont les règles à observer seulement par les femmes lors de leur apparition en public ?

– L’Islam ordonne aux femmes de se voiler toujours lorsqu’elles sont en public :

« Dis aux croyantes de baisser leurs regards, d’être chastes, de ne montrer que l’extérieur de leurs atours, de rabattre leurs voiles sur leurs poitrines… » Surate 24:31

« Ô prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de se couvrir de leurs grands voiles (quand elles sont à l’extérieur)… » Surate 33:59

2. LE SEXE ET LE MARIAGE

Combien de femmes l’homme musulman peut-il épouser ?

– L’islam permet la polygamie. Un homme peut prendre quatre épouses en même temps :

« …Epousez, comme il vous plaira, deux, trois ou quatre femmes… » Surate 4:3

Note : A ce propos, des privilèges exceptionnels ont été accordés à muhammad, « le prophète de l’islam ». Il lui fut permis, selon le coran, d’avoir autant de femmes qu’il le désirait. En fait, on lui attribue pas moins de treize épouses et concubines. Parmi elles, Aïsha qui avait à peine neuf ans lorsqu’il l’épousa à l’âge de cinquante-trois ans, et Zaynab Bent Jahsh, la femme de son fils adoptif Zeid. Quand celui-ci vit que muhammad la désirait, il la répudia pour lui permettre de l’épouser.

Quel est le rôle sexuel de la femme dans le mariage d’après l’islam ?

– L’islam considère l’épouse comme un objet sexuel :

« Vos femmes sont pour vous un champ de labour : allez à votre champ comme vous le voudrez… » Surate 2:223

Note : Les mots : « comme vous le voudrez » sont interprétés par des érudits de l’islam tels que Al-Bukhary et Ibn Amr comme une autorisation permettant à l’époux musulman d’accomplir l’acte sexuel avec sa femme d’une manière naturelle ou contre–nature.

Le divorce est-il permis dans l’islam ?

– Un musulman a le droit de répudier unilatéralement son épouse par une simple déclaration verbale. Dans le coran, ce droit n’est pas accordé à la femme :

« S’il vous répudie, son Seigneur lui donnera peut-être en échange des épouses meilleures que vous… » Surate 66:5

Un musulman peut-il se remarier avec la femme qu’il a répudiée ?

– Si l’homme répudie sa femme par trois fois, il ne peut se remarier légalement avec elle que si elle se marie et divorce avec un autre homme appelé « al mohalel » (le délieur).

« La répudiation peut être prononcée deux fois. Reprenez donc votre épouse d’une manière convenable, ou bien renvoyez-là décemment. » Surate 2:229

« Si un homme répudie sa femme, elle n’est plus licite pour lui, tant qu’elle n’aura pas été remariée à un autre époux. S’il la répudie, et qu’ensuite tous deux se réconcilient, aucune faute ne sera imputée… » Surate 2:230

3. LES DROITS DE L’HOMME

L’islam permet-il la liberté de choix en matière de religion ?

– L’islam force ses adeptes à contraindre les autres à embrasser l’islam. Les musulmans doivent combattre tous leurs opposants jusqu’à ce que ceux-ci se soumettent à l’islam, à moins qu’il ne préfère mourir. Quand aux chrétiens et aux juifs, ils peuvent échapper à la mort s’ils acceptent de payer la « Jizya » (une taxe pénale) en toute humilité et soumission :

« Combattez ceux qui ne croient pas en Allah ni au Jour dernier ; ceux qui ne déclarent pas illicite ce qu’allah et son messager ont déclaré illicite ; ceux qui ne pratiquent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le livre. Combattez-les jusqu’à ce qu’ils payent directement le tribut et alors qu’ils sont humiliés. » Surate 9:29

« Après que les mots sacrés se seront écoulés, tuez les polythéistes partout où vous les trouverez ; capturez-les, assiégez-les, dressez-leur des embuscades. Mais s’ils se repentent, s’ils s’acquittent de la prière, s’ils font l’aumône, laissez-leur le champ libre. » Surate 9 :5 (voir aussi 2:193)

– L’islam enseigne aux musulmans de ne pas se lier d’amitié avec les juifs et les chrétiens :

« Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens ; ils sont amis les uns des autres. Celui qui parmi vous, les prend pour amis, est des leurs. Dieu ne dirige pas le peuple injuste. » Surate 5:51

– L’Islam enseigne qu’une personne ayant embrassé la foi musulmane ne peut la renier sans encourir la peine capitale :

Voir surate 9:12 ; 4:89 …

L’islam enseigne-t-il l’égalité entre les humains ?

– L’islam enseigne que les musulmans sont supérieurs aux autres :

« Vous formez la meilleure communauté suscitée pour les hommes… » Surate 3:110

– Il prétend même qu’allah a changé certains non-musulmans en singes et en cochons :

« Dis : ‘Vous annoncerai-je que la rétribution auprès d’allah sera pire que cela ? Allah a transformé en singes et en porcs ceux qu’il a maudits ; ceux contre lesquels il est courroucé… » Surate 5:60

4. LA DEMOCRATIE

L’islam admet-il le principe de la séparation de la Religion et de l’Etat ?

– L’islam enseigne que le coran est la constitution, que Dieu en est l’auteur et que l’Etat est l’appareil responsable de l’appliquer :

« Nous avons fait descendre sur toi le Livre avec la Vérité, afin que tu juges entre les hommes d’après ce qu’allah t’a fait voir… » Surate 4:105

« Juge … d’après ce qu’allah a fait descendre … » Surate 5:48

Quel est le jugement que porte l’islam sur ceux qui ne se conforment pas à ses lois ?

– Le Coran les considère injustes, pervers et incrédules :

« Les injustes sont ceux qui ne jugent pas les hommes d’après ce qu’allah a révélé. » Surate 5:45

« Les pervers ont ceux qui ne jugent pas les hommes d’après ce qu’allah a révélé. » Surate 5:47

« Les incrédules ont ceux qui ne jugent pas les hommes d’après ce qu’allah a révélé. »Surate 5:44

Quelles sont certaines des lois et peines islamiques qu’un Etat musulman doit appliquer ?

– L’islam impose un code sévère de peines à quiconque viole ses lois. En voici quelques exemples :

Le vol est punissable par l’amputation des mains :

« Tranchez les mains du voleur et de la voleuse : ce sera une rétribution pour ce qu’ils ont commis et un châtiment d’allah. Allah est puissant et juste » Surate 5:38

L’adultère est punissable par la flagellation publique :

« Frappez la débauchée et le débauché de cent coups de fouet chacun. N’usez d’aucune indulgence envers eux afin de respecter la religion d’allah ; – si vous croyez en allah et au jour dernier – un groupe de croyants sera témoin de leur châtiment. » Surate 24:2

L’ivrognerie : selon le Hadith, la peine à infliger est de 40 ou 80 coups de fouet. L’islam proscrit le vin :

« Ô vous qui croyez ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires sont une abomination et une œuvre du Démon. Evitez-les… -Peut-être serez vous heureux -.» Surate 5:90

Pourtant, ironiquement, Dieu promet aux croyants des « fleuves de vin » au paradis :

« Voici la description du Jardin promis à ceux qui craignent Dieu. Il y aura là … des fleuves de vin, délice pour ceux qui boivent… » Surate 47:15

« Oui, les purs vivront dans les délices ; … On leur donnera à boire un vin rare… » Surate 83:22.25

La résistance à l’islam : punissable par la mise à mort, la crucifixion ou l’amputation des mains et des pieds ou l’exil :

« Telle sera la rétribution de ceux qui font la guerre contre allah et contre son envoyé, et de ceux qui exercent la violence sur la terre : Ils seront tués ou crucifiés, ou bien leur main droite et leur pied gauche seront coupés, ou bien ils seront expulsés du pays. Tel sera leur sort : la honte en ce monde et le terrible châtiment dans la vie future. » Surate 5:33

Ces lois sont-elles imposées aux minorités non-musulmanes dans un Etat islamique ?

– Les non-musulmans doivent observer les mêmes lois et subir les mêmes châtiments :

« Quiconque recherche une religion autre que l’islam, (cela) ne sera pas accepté de lui et il sera, dans la vie future, parmi les perdant. » Surate 3:85

L’Islam permet-il à un parti d’opposition d’exister dans un Etat islamique ?

– Non car le gouvernement est mandaté par allah, et l’on ne peut s’opposer à allah

« Quel que soit le sujet de votre désaccord, le jugement appartient à allah. Tel est allah, mon seigneur ! Je me confie à lui ! Je reviens repentant vers lui ! » Surate 42:10

« Ô vous qui croyez ! Obéissez à allah ! Obéissez à l’envoyé et à ceux d’entre vous qui détiennent l’autorité. Portez vos différents devant allah et devant l’envoyé… » Surate 4 :59

L’expérience d’un Etat musulman a-t-elle été tentée dans notre histoire moderne ? Et, dans l’affirmative, a-t-elle été couronnée de succès ?

Plusieurs pays musulmans appliquent à différents degrés les lois islamiques. Actuellement, ceux qui les appliquent rigoureusement sont : l’Arabie Saoudite, l’Iran, le Soudan et le Pakistan. La condition de ces pays parle d’elle-même : violation des droits humains, violence et terrorisme, oppression et persécution.
La banqueroute de la plupart des pays islamistes est telle qu’elle a conduit certains d’entre eux à la famine.

5. LE SALUT ETERNEL

Quelle certitude peut avoir un musulman au sujet de son éternité ?

– L’islam enseigne que la fatalité détermine le destin de chaque être humain :

« Nous attachons son destin au cou de chaque homme. Le Jour de la Résurrection, nous lui présenterons un livre qu’il trouvera ouvert. » Surate 17:13

– Le coran proclame que chaque musulman passera par l’enfer :

« Il n’y a personne parmi vous qui ne passera pas par (l’enfer) ; c’est un arrêt décidé par ton seigneur. » Surate 19:71

– L’unique certitude pour un musulman d’aller au paradis, c’est de combattre et de mourir pour la cause de la propagation de l’islam :

« Si vous êtes tués dans le chemin d’allah ou si vous mourez, un pardon et une miséricorde d’allah sont vraiment meilleurs que ce qu’ils amassent. » Surate 3:157 (voir aussi 3:195)

Est-ce que le dieu de l’islam conduit chaque musulman au salut éternel ?

– Selon le coran, allah se plaît à conduire les hommes ou à les égarer du droit chemin :

« …Allah égare qui il veut ; il dirige qui il veut ; ils est le puissant, le sage. » Surate 14:4

« Allah ouvre à la soumission le cœur de celui qu’il veut diriger. Il resserre et oppresse le cœur de celui qu’il veut égarer… » Surate 6:125

– C’est la volonté de allah que certain ne soient pas guidés vers le bien, mais ils subiront malgré tout son châtiment :

« Si nous l’avions voulu, nous aurions donné à chaque homme sa direction. Ma parole, cependant, se réalise : Oui, je remplirai la géhenne de djinns et d’hommes réunis. » Surate 32:13

– Allah ordonne aux gens de transgresser ses lois afin d’avoir un motif valable pour les punir :

« Lorsque nous voulons détruire une cité, nous ordonnons à ceux qui y vivent dans l’aisance de se livrer à leurs iniquités. La parole prononcée contre elle se réalise et nous la détruisons entièrement. » Surate 17:16

Quel est le concept du paradis dans l’islam ?

– Le paradis, pour l’islam, est un lieu de repos où le musulman dégustera des mets et des fruits délicieux, boira des vins exquis et s’unira à des femmes ravissantes. Remarquez bien qu’aucunes mention n’est faite des récompenses réservées aux femmes :

« Oui, ceux qui craigne allah seront dans les jardins, au sein de la félicité, jouissant de ce que leur seigneur leur aura donné… Mangez et buvez en paix – en récompense de vos actions – accoudés sur des lits de repos bien alignés. Nous leur donnerons pour épouses des houris aux grands yeux… Nous leur procurerons les fruits et de la viande qu’ils désirent… » Surate 52:17-23 (voir aussi : 4:57, 76:12-22 ; 55:54-76 ; 47:15)

Chapitre III

L’ISLAM MIS EN PRATIQUE

Selon le « Hadith »

Le « Hadith » est un recueil des paroles et des actes de muhammad selon le témoignage de ses épouses, des membres de sa parenté et de ses compagnons. Les musulmans considèrent le « Hadith » d’inspiration divine. Il constitue à leurs yeux, après le coran, la source principale du code islamique et ses enseignements sont aussi astreignants.

Toutes les citations de ce chapitre sont extraites des milliers de récits contenus dans les neuf volumes de « Sahih Al-Bukhari ».

Faute d’espace, nous ne mentionnerons que quelques exemples.

Notre but est de faire goûter le lecteur aux enseignements de muhammad. Certains de ces enseignements pourraient le choquer, et d’autres, le faire sourire. D’autres pourraient simplement l’étonner !

1. LES FEMMES

– Allah répond aux désire de « Omar » et ordonne aux femmes de se voiler.

« Omar était extrêmement désireux que les versets de Al Hijad (observance du voile par les femmes musulmanes) soient révélés. Accédant à ses désirs, allah révéla les versets de Al Hijad. » (Vol. 1:148)

– Les femmes sont dépourvues d’esprit et de religion.

Muhammad interrogea quelques femmes : « Le témoignage d’une femme ne vaut-il pas la moitié de celui d’un homme ? » Elles répondirent « Oui ». Il leur dit : « C’est la raison de la déficience intellectuelle de la femme. » (Vol. 3!826)

S’adressant à d’autres femmes, il leur dit : « Je n’ai vu personne aussi dépourvue que vous d’intelligence et de religion. » (Vol. 2:541)

– La plupart des personnes en enfer sont des femmes.

Muhammad a dit : « J’ai vu l’enfer peuplé surtout de femmes. » (Vol. 1:28.301 ; 2:161 ; 7:124)

– Les Femmes sont un mauvais présage.

Muhammad a dit : « La femme, la maison et le cheval sont de mauvais augure (Vol. 7:30)

– Les femmes sont nuisibles aux hommes.

Muhammad a dit : « Je n’ai laissé après moi aucune calamité plus préjudiciable aux hommes que les femmes. » (Vol. 7:33)

– Le port de la perruque est interdit aux femmes.

Muhammad a dit : « Ne portez pas de fausses chevelure car allah envoie sa malédiction sur les femmes qui font allonger leurs cheveux par des moyens artificiels. » (Vol. 7:33)

2. LE SEXE ET LE MARIAGE

– La puissance sexuelle de muhammad est égale à celle de 30 hommes

Anas a relaté : « Le prophète faisait la ronde habituelle de toutes ses épouses, au nombre de onze, en une heure le jour et la nuit. »

A ce propos, j’ai interrogé Anas : « Le prophète avait-il assez de force pour cela ? » Anas a répondu : « Nous disions entre nous que le prophète avait reçu la virilité de 30 hommes. » (Vol. 1:286)

– Muhammad a épousé une fillette de 9ans.

« Aïcha a raconté que le prophète l’a prise pour épouse alors qu’elle n’était âgée que de six ans et qu’il a consommé son mariage avec elle quand elle eut neuf ans. » (Vol. 7:64)

– L’acte sexuel contre nature est permis.

« Jaber rapporte que les juifs avaient coutume de dire : Si un homme a une relation anale avec son épouse, celle-ci donne naissance à un enfant qui louche. Ce verset fut alors révélé :’Vos femmes sont pour vous un champ de labour : allez à votre champ quand ou comme vous le voudrez’. » (C’est-à-dire d’une façon normale ou contre-nature). (Vol. 6:51)

– Allah s’empresse de satisfaire les désirs sexuels de muhammad.

Lorsque fut révélé le verset coranique permettant à muhammad de retarder le tour de n’importe laquelle de ses épouses, et lorsque muhammad déclara qu’allah lui avait permis de se marier avec la femme de son fils adoptif, Aïcha (l’une de ses épouses) dit : « Ô envoyé d’allah, je vois que ton seigneur s’empresse de te plaire. » (Vol. 7:48)

– Quand une femme est irrévocablement divorcée, elle ne peut retourner à son mari qu’à condition d’épouser un autre homme et d’être répudiée par lui (ceci incluant le rapport sexuel avec cet homme).

« Aïcha a raconté : L’épouse de Rifaa Al-Qurazi vint dire à l’envoyé d’allah : ‘Rifaa a prononcé irrévocablement contre moi le divorce. Ensuite j’ai épousé Abdur-Rahman ben Az-Zubair Al-Qurazi qui c’est avéré impuissant‘ L’envoyé d’allah lui répondit : ‘Tu veux peut-être retourner à Rifaa ? C’est impossible tant que Abdur-Rahman et toi n’avez pas eu de relations sexuelles !’ » (Vol. 7:186

3. LES DROITS DE L’HOMME

– L’islam doit être imposé par la force.

Muhammad a dit : « L’ordre m’a été donné de combattre le peuple jusqu’à ce qu’il proclame : ‘Nul n’a le droit d’être adoré sauf allah’. Et quiconque proclame : ‘Nul n’a le droit d’être adoré sauf allah’ : sa vie et ses biens seront sauvés par moi (Vol. 4:196)

– L’apostasie est punissable de mort.

Muhammad a dit : « Quiconque abandonne sa religion islamique, tuez-le. » (Vol. 9:57)

– Un musulman ne peut être condamné à mort pour avoir tué un non-musulman.

Muhammad a dit : « Aucuns musulman ne devrait être mis à mort pour le meurtre d’un kafir » (infidèle). (Vol. 9:50)

– L’épuration ethnique a été pratiquée par muhammad.

Muhammad a dit aux Juifs : « Sachez que la terre appartient à allah et son envoyé (muhammad) et que je veux vous expulser de cette terre (la Péninsule arabique). Celui qui possède des biens, il lui est permis de les vendre. » (Vol. 4:392)

Les dernières paroles de muhammad sur son lit de mort furent : « Expulsez les païens (les non-musulmans) de la péninsule arabique. » (Vol. 5:716).

4. LE SALUT ETERNEL

– Aucune garantie de salut.

Muhammad a dit : « Par allah ! Quoique je sois l’envoyé d’allah, je ne sais pas ce qu’allah fera de moi. » (Vol. 5:266)

– Dieu punit le défunt si sa parenté le pleure.

Muhammad a dit : « Le défunt est puni à cause des pleurs de sa famille. » (Vol. 2:375)

– Si les musulmans disent du mal d’un défunt, celui-ci ira en enfer.

Muhammad a dit : « Le paradis est assuré à celui que vous louangez et l’enfer est assuré à celui que vous blâmez. Vous êtes les témoins d’allah sur terre. » (Vol. 2:448)

– L’urine sur vos habits sera la cause de votre châtiment par dieu.

Muhammad a dit : « La personne décédé souffrira dans la tombe, non pour quelque chose de grave qu’elle aurait dû éviter, mais pour s’être souillée avec son urine. » (Vol. 2:460)

– L’épée est la clef du paradis

Muhammad a dit : « Sachez que le paradis est sous l’ombre des épées. » (Vol. 4:73)

– La guerre sainte (Jihad) est une garantie pour aller au ciel.

Muhammad a dit : « Celui qui prend part au Jihad (les guerres saintes) pour la cause d’allah, sans que rien ne l’y oblige sinon sa croyance en allah et en son envoyé, recevra d’allah sa récompense : le butin (s’il survit) ou le paradis (s’il est tué). » (Vol. 1:35)

5. LA MEDECINE

– Boire l’urine de chameau vous rendra bien portants.

« Le prophète leur ordonna de suivre ses chameaux et de boire leur lait et leur urine. C’est ce qu’ils firent jusqu’au recouvrement de leur santé. » (Vol. 7:590)

– La fièvre provient de la chaleur de l’enfer.

Muhammad a dit : « La fièvre est une bouffée de chaleur de l’enfer. Faites-la disparaître avec de l’eau froide. » (Vol. 7:619)

– La mouche dans votre boisson est un remède.

Muhammad a dit : « Si une mouche tombe dans votre tasse, plongez-la dans votre boisson car dans une de ses ailes il y a la maladie et dans l’autre, le remède. » (Vol. 4:537)

– Comment déterminer la ressemblance d’un bébé ?

Muhammad a dit : « Si l’écoulement de l’homme précède celui de la femme, le nouveau-né ressemblera à l’homme ; tandis que si l’écoulement de la femme précède celui de l’homme, le nouveau né ressemblera à la femme. » (Vol. 5:275)

6. DIVERS

– Effet du mauvais œil.

Muhammad a dit : « L’effet du mauvais œil est réel. » (Vol. 7:636)

– Quelle est la chaussure que vous devez mettre ou enlever en premier ?

Muhammad a dit : « Lorsque vous vous chaussez, mettez en premier votre chaussure droite et lorsque vous vous déchaussez, enlevez en premier la chaussure gauche. » (Vol. 7:747)

– Pour faire peur à ses adorateurs, allah éclipse le soleil et la lune.

Muhammad a dit : « Le soleil et la lune sont deux signes parmi les signes d’allah. Il ne les éclipse pas pour le décès d’une personne, mais allah s’en sert pour effrayer ses adorateurs. » (Vol. 2:158)

Chapitre IV

LA DIFFERENCE

1. LE CHRISTIANISME Vs L’ISLAM

Pour comparer les enseignements de l’islam – que nous venons d’exposer – avec ceux du christianisme, donnons quelques exemples des enseignements du christianisme :

Les droits de la femme

– La Femme est égale de l’homme. (Galates 3:28)

– L’époux est appelé à aimer son épouse. (Ephésiens 5:25-29)

– La femme a les mêmes droits que l’homme. (1 Corinthiens 11:11)

Le sexe et le mariage

– La Bible proclame de façon claire que la loi de la monogamie et de l’indissolubilité est inscrite dans le plan de Dieu concernant le mariage. (Matthieu 19:4-6)

– L’abstention de rapports sexuels entre les époux est permise pour une période de courte durée, par consentement mutuel et dans le but spécifique de se vouer à la prière. (1 Corinthiens 7:5)

Les droits de l’homme

– Chaque personne jouit de la liberté d’accepter ou de refuser le don du salut en Jésus Christ. (Jean 1:12 ; Luc 10:8-11)

– La Bible ne favorise aucune race aux dépends d’une autre. (Galates 3:28 ; Colossien 3:11)

– Le Dieu de la Bible étend son amour à tous les êtres humains ; Jésus Christ est mort sur la croix pour le péché du monde entier (Jean 3:16)

– Le Christ ordonne à Ses disciples d’aimer tous les êtres humains, même leurs ennemis. (Matthieu 5 :43-48)

– Les Chrétiens sont appelés à ne pas condamner les autres. (Romains 14:4)

La Démocratie

– Le Christianisme fait la distinction entre la Religion et l’Etat, entre Dieu et César. (Luc 20:25)

– Le Christianisme est une religion spirituelle qui n’impose pas de prescriptions légales à la société. Jésus s’intéresse à changer le cœur des gens. Et il est évident que lorsqu’un individu change, la société change également. (Jean 6:63 ; 10:10)

– Le Christianisme n’aspire pas à la conquête du pouvoir mais enseigne l’obéissance aux gouvernants quelles que soient leurs croyances (Tite 3:1 ; 1 Timothée 2:1-4)

– Les chrétiens sont appelés à ne pas juger ni punir ceux qui rejettent leur foi. (1 Pierre 3:9 ; Luc 6:37)

La garantie du salut éternel

– Toute personne peut avoir la certitude de son salut éternel par le moyen de la foi en Jésus Christ. (2. Timothée 1:12)

– Dieu veut toujours le bien de l’homme. (Romains 8:28)

– Dieu appelle à la foi tous les êtres humains. (Jean 3:16 ; Romain 10:9-13.)

– Pas de condamnation pour qui n’accepte la foi en Christ Jésus. (Romains 8:1)

– Les plaisirs du Ciel sont des plaisirs de l’esprit, empreints de pureté et de sainteté. (Matthieu 22:30 ; Apocalypse 22:1-5)

2. LA BIBLE VS LE CORAN

Le coran est le livre sacré des musulmans, comme la Bible l’est pour les Chrétiens. Les musulmans regardent le coran comme la parole infaillible du tout-puissant. « coran » est un mot arabe qui signifie récitation. Le terme a été appliqué par muhammad à chaque fragment individuel du livre ; mais il fut utilisé ultérieurement pour désigner la totalité du livre.

Le coran était considéré par muhammad comme un miracle qui attestait la véracité de sa mission prophétique. Il y eut toutefois beaucoup de débats parmi les intellectuels musulmans au sujet du « miracle » du coran. Certains érudits arabe comme Az-Zamakhshari ont relevé plus de cent erreurs grammaticales dans le coran.

Divisé en 114 surates ou chapitres, le coran, écrit dans une prose arabe poétique, contient le code religieux, social, civil, commercial et militaire de l’islam. Il comprend aussi un grand nombre de récits relatés dans les Ecritures juives et chrétiennes et dans les apocryphes.

Le Coran contredit néanmoins la Bible dans de nombreux détails concernant ces récits et certain nom de personnages qui s’y rattachent. Lorsqu’ils sont confrontés à ces contradictions, les musulmans prétendent, pour les justifier, que la Bible a du être altérée. Pourtant nulle part dans le coran trouvons-nous allah l’omniscient (qui connaît tout) corrigeant des passages bibliques altérés, ou les désignant.

De telles prétention peuvent être réfutées par l’évidence historique aussi bien que par le coran lui-même qui confirme la Bible à maintes reprises en disant :

« Ô vous à qui le livre a été donné : Croyez à ce que nous vous avons révélé, confirmant ce que (déjà) vous possédez »

Surate 4:47 (voir aussi les surates 2:40.41 ;

2 :91 ; 20:133 ; 26:192-197 ; 29:47 et 46:10).

Par contre, il y a suffisamment d’évidence pour fonder l’affirmation que le coran a pu être altéré. Personne ne sait où se trouve le coran original. Le coran qui est entre nos main est appelé le coran d’Osman, et il rassemblé longtemps après la mort de muhammad. Des parties notables du coran primitif ont dû se perdre après plusieurs récitateurs du coran moururent ou furent tués dans les combats. Osman, le troisième Calife (successeur de muhammad) réunit ce qui restait du coran, classa les surates selon leur longueur plutôt que leur chronologie, puis brûla toutes les autres copies existantes. On est en droit de s’étonner : pourquoi Osman a-t-il brûlé toutes les copies existantes du coran s’il n’avait pas quelque chose à cacher ? !

La Bible, de son côté, a passé l’épreuve du temps. Suggérer que la Bible a été altérée est contraire à la raison aussi bien qu’aux découvertes historiques.

Ni les chrétiens ni les juifs ne peuvent être raisonnablement accusés d’avoir altéré leurs Ecritures. Ils n’auraient rien eu à gagner à le faire et n’auraient pas versé leur sang pour défendre la Bible. Dans le livre de l’Apocalypse, Dieu promet un châtiment sévère à qui ajouterait ou retrancherait à la parole de Dieu :

« Je l’atteste à quiconque entend les paroles prophétiques de ce livre : Si quelqu’un y ajoute, Dieu lui ajoutera les fléaux d’écrits dans ce livre. Et si quelqu’un retranche aux paroles de ce livre prophétique, Dieu retranchera sa part de l’arbre de vie et de la cité sainte qui sont décrits dans ce livre. » (Apocalypse 22:18-19)

Les juifs aussi étaient mis en garde contre un tel acte hautement répréhensible :

« Vous n’ajouterez rien aux paroles des commandements que je vous donne, et vous n’y enlèverez rien, afin de garder les commandements du Seigneur votre Dieu que je vous donne. » (Deutéronome 4:2)

De plus, que les chrétiens et les juifs n’aient point altéré leurs Ecritures est une évidence d’ordre historique et scientifique. De nombreux manuscrits d’anciennes copies de la Bible furent découverts tout au long des années, et s’avèrent conforme au texte en notre possession. Voici quelques uns de ces fameux manuscrits :

Le Sinaïticus — Il a été écrit au milieu du quatrième siècle, près de 270 ans avant l’islam. Il contient la totalité du Nouveau Testament et une grande partie de l’Ancien. Il est conservé au British Museum.

L’Alexandrinus – Il a été écrit au début du cinquième siècle, près de 200 ans avant l’islam. Il contient la totalité de la Bible, à l’exception de quelques pages perdues. Il est lui aussi conservé au British Museum.

Le Vaticanus – Il a été écrit au début du quatrième siècle, près de 300 ans avant l’islam. Il contient la totalité de la Bible. Il est conservé à la Bibliothèque Vaticane, à Rome.

Ces manuscrits et d’autres tels le Codex Ephraemi et les Manuscrits de la Mer Morte et les milliers de copies complètes ou partielles des anciennes Bibles prouvent au-delà de tout doute que la Bible ne pouvait être altérée ou corrompue.

LE CORAN CONTREDIT LA BIBLE

De nombreux récit de la Bible rapporté par le coran ont été déformés et sont en contradiction avec la Bible. En voici quelques exemples :

L’histoire de Caïn et Abel

Après le meurtre d’Abel par son frère Caïn, le coran dit : « Dieu envoya un corbeau qui se mit à gratter la terre pour lui montrer comment cacher le cadavre de son frère. » (Surate 5:31). Ceci n’est pas mentionné dans la Bible.

L’Histoire de Noé et du déluge

1. Le coran, dans la surate 11:42-43, dit que l’un des fils de Noé refusa d’entrer dans l’Arche et se noya, alors que la Bible rapporte que les trois fils de Noé entrèrent dans l’Arche et furent sauvés du déluge (Genèse 7:7).

2. Le coran dit qu’Abraham eut deux fils, la Bible dit qu’ils étaient huit.

3. Le coran dit qu’il vécut dans la vallée de La Mecque (Surate 14:37) tandis que la Bible dit qu’il vécut à Hébron (Genèse 13:18).

4. Dans le coran, Abraham offrit en sacrifice Ismaël (Surate 37:100-109) tandis que la Bible mentionne Isaac (Genèse 22).

5. Le coran rapporte qu’Abraham eut deux épouses. La Bible rapporte qu’il en eut trois.

6. Le coran dit qu’il bâtit la Kaaba (Surate 2:125-127). La Bible n’en fait aucune mention.

L’Histoire de Moïse

1. Le coran affirme que c’est la femme de Pharaon qui adopta Moïse (Surate 28:9), tandis que la Bible dit que c’est la fille de Pharaon (Exode 2:5).

2. Le coran affirme que Haman vécut en Egypte au temps de Moïse (Surate 28:4-6), tandis que la Bible dit qu’il vécut en Perse au temps du roi Assuérus (Esther 3:1)

L’Histoire de Marie (la Mère de Jésus)

1. le coran affirme que son frère était Aaron (Surate 19:28), tandis que la Bible dit qu’Aaron vécut 1300ans avant Marie (Nombre 26:59)

2. Qu’elle donna naissance à Jésus sous un palmier (Surate 19:23), quand la Bible dit que c’était dans une étable (Luc 2:7)

3. Que Jésus parla dans son berceau et fit des miracles quand il était enfant (Surate 3:45-49 ; 19:24-33). La Bible ne rapporte pas ces faits.

4. Que Zacharie ne pouvait pas parler pendant trois jours (Surate 19:10) tandis que la Bible dit qu’il resta muet jusqu’à la naissance de l’enfant, c’est-à-dire pendant près de 9 mois (Luc 1:20)
Les exemples sont multiples, et je ne vais pas dans cet article les diffuser dans l’intégralité, sachant que la moitié des lecteurs ont déjà abandonnés la lecture…

Hier, jeudi 6 décembre, une jeune musulmane m’a demandé les noms d’allah en me demandant si il y avait une seule fois le mot haine dans un de ses noms… Je lui ai répondu que cela n’avait rien à voir avec les écritures… Et voilà que cette jeune fille lobotomisée me répond que je ne connais pas l’islam…

Pathétique, sachant que cette jeune fille ne savait même pas qu’il y a les sourates de La Mecque et les Sourates de Médine…

Mais revenons donc à ces fameux noms (suite du livre) :
« ALLAH » LE DIEU DE L’ISLAM

Théoriquement, allah dans le coran a 99 noms ou attributs tels : omniscient, tout-puissant, sublime, vivant, éternel, saint, lumière, créateur… etc. En réalité, cependant, le coran dépeint une image d’allah qui ressemble à bien des égards à la personnalité même de muhammad. On a suggéré que, dans le coran, muhammad avait, en fait, créé un dieu à sa propre image.

Tout ce que muhammad voulait, allah le voulait pour lui. De la manière dont muhammad réagissait, allah réagissait avec lui. Tout ce que muhammad désirait, allah le désirait pour lui. On rapporte qu’Aicha, l’une des 13 femmes de muhammad, lui disait avec dédain :

« Ô envoyé d’allah, je vois que ton seigneur est empressé de te plaire. » Al-Bukhari Vol 7:48

Voici juste quelques exemples :

« Quand Abou Lahab, l’oncle de muhammad – qui ne croyait pas à la mission prophétique de celui-ci – le critiqua en lui disant : « Que tu périsses, muhammad ! Nous as-tu invités ici pour cela ? » allah fit immédiatement descendre la surate 111 condamnant Abou Lahab et sa femme :

« Que les deux mains d’Abou Lahab périssent et que lui-même périsse… Il sera exposé à un feu ardent, tandis que sa femme, portant du bois, aura au cou une corde de fibres. »

• Quand Al Walid Ibn Almoghira et Omaya Ibn Khalaf se moquèrent de muhammad en se vantant de leurs richesses, allah fit descendre la surate 104 les blâmant :

« Malheur au calomniateur acerbe qui amasse des richesses et qui les compte ! Il pense que ses richesses le rendront immortel ! Non ! .. Il sera précipité dans le feu d’allah allumé. »

• Quand muhammad tomba amoureux de Zaynab, la femme de son fils adoptif Zaïd, alla approuva le divorce de Zaynab d’avec Zaïd et la donna en mariage à muhammad :

« Quand tu disais à celui qu’allah avait comblé de bienfait et que tu avais comblé de bienfaits : ‘Garde ton épouse et crains allah’, tu cachais en toi-même, par crainte des hommes, ce qu’allah allait rendre public ; — mais allah est plus redoutable qu’eux – puis, quand Zaïd eut cessé tout commerce avec son épouse, nous te l’avons, donnée pour femme afin qu’il n’y ait pas de faute à reprocher aux croyants au sujet des épouses et leurs fils adoptifs, quand ceux-ci ont cessé tout commerce avec elles. » Surate 33:37

• Quand les femmes de muhammad réclamèrent une plus grande part du butin retiré du massacre de la tribu juive des Banu Qorayza, allah régla le problème en recommandant aux épouses de se contenter de leur part ou de faire face au divorce (voir surate 33:28-29).

• Quand Hafsa surprit muhammad dans son propre lit faisant l’amour avec sa concubine Mariya, muhammad essaya de plaire à Hafsa courroucée en lui promettant de se tenir loin de Mariya. allah intervint alors en faveur de muhammad :

« Ô prophète ! Pourquoi interdis-tu ce qu’allah a rendu licite lorsque tu recherches la satisfaction de tes épouses ? alla est celui qui pardonne, il est miséricordieux ; » Surate 66:1

La liste peut s’allonger encore et encore : comment allah intervient à propos pour satisfaire les désirs sexuels de muhammad, pour appuyer ses opinions, justifier ses actions et prendre sa défense quand il a des ennuis.

*****

La prochaine fois que vous participez à l’une de ces rencontres « pour bâtir des ponts », où un panel d’hommes se tenant par la main en signe de solidarité – un prêtre catholique, un ministre protestant, un rabbin juif et un sheikh musulman –, déclarent qu’ils adorent tous le même Dieu… dites-vous : c’est une tromperie. N’en croyez rien ! Ce pont en construction est à sens unique : il mène uniquement à l’islam !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s