Dhimmitude résignée en terre chrétienne

A Marawi City le père Teresito Soganub ne ressemble pas à un prêtre catholique et, depuis l’extérieur, sa cathédrale ne ressemble pas à une église.

C’est plus facile de cette façon dans sa paroisse, nichée dans Marawi, la seule ville islamique dans les Philippines.

«Pour éviter les querelles et éviter de nouveaux malentendus nous plantons simplement la croix au fond de nos coeurs», a dit le prêtre de 47 ans qui, par respect pour ses voisins musulmans, ne porte pas de crucifix ni de collet romain et porte une barbe.

Les Philippines, un pays largement catholique en Asie du Sud-Est, annonce fièrement sa foi dominante jusque dans la région méridionale de Mindanao, où l’on estime que 20 pour cent de la population est musulmane.

Mais Marawi City est une exception….

Cette ville délabrée de baraques en bois et d’élégantes mosquées est à environ 385 milles au sud de Manille, mais c’est un monde à part pour beaucoup de Philippins.

Marawi est le centre spirituel de Maranao, le plus pieux des trois principaux groupes musulmans aux Philippines.

Un rapide coup d’œil sur les rues de Marawi révèle que c’est une ville du croissant plutôt que de la croix. «Don d’Allah» plutôt que de «Don de Jésus» est le signe blasonné sur les pedicabs de la ville, la banque locale est islamique et les femmes sont voilées.

Marawi est unique en ce que les règles morales musulmanes font partie du code municipal.

L’alcool et les jeux de hasard sont interdits, les femmes musulmanes doivent couvrir leur tête, la vente de viande de porc est interdite et les clubs de karaoké, qui sont au coeur de la vie des villages à travers l’archipel, y compris dans les autres régions musulmanes, sont un non-non.

«À la maison avec la famille, nous pouvons faire du karaoké, mais nous ne le permettons pas en public», a déclaré Camid Gandamra, l’un des nombreux sultans de la province et aussi secrétaire aux transports et communications dans la Région autonome du Mindanao musulman (ARMM), une patrie établie pour les musulmans en 1989.

«Cela pourrait encourager les gens à aller dans des boîtes de nuit et autres lieux de divertissement qui sont interdites pour notre tribu», a déclaré ce père de 12 enfants autour d’un thé et de muffins dans sa résidence de la ville.

Marawi, qui surplombe le 2e plus grand lac des Philippines, n’est pas menacée par des extrémistes musulmans du groupe Abu Sayyaf et a évité les attentats à la bombe qui ont marqué d’autres régions du sud.

Mais de nombreux Philippins évitent la ville, craignant l’inconnu et le pire.

Ici c’est un pays musulman. Vous pourriez être victime d’une embuscade et kidnappé, a déclaré Ray Lomoago, un chef de la ville voisine d’Iligan.

La ville fut le théâtre de combats entre musulmans et chrétiens dans les années 1970 et des prêtres catholiques ont été la cible de ravisseurs, dont un prêtre irlandais qui a été abattu par ses ravisseurs en 2001.

Les relations sont toutefois plus paisibles aujourd’hui.

Le Père Soganub dit que les dirigeants musulmans locaux l’incluent dans les discussions communautaires, et il doit constamment dissuader les populations locales de tenter de lui trouver une épouse.

Mais sa modeste Cathédrale Santa Maria Auxiliadora, avec son toit en tôle ondulée, n’a pas de croix à l’extérieur pour montrer qu’il s’agit d’une église chrétienne.

«Les gens ici ne veulent pas d’un grand symbole. Les résidents n’en veulent pas», a-t-il dit.

Les catholiques représentent environ 1 pour cent des 160000 habitants de Marawi et Soganub a de la chance s’il célèbre 8 mariages par an.

La plupart des couples préfèrent se marier ailleurs pour qu’ils puissent se régaler de lechon, ou rôti de porc, un aliment de base à l’occasion des fêtes catholiques dans les régions du pays.

 

************

 

Nous voici dans la Dhimmitude volontaire et résignée en terre chrétienne !

Cet exemple des Philippines confirme que le monde n’est pas confronté à un conflit entre les musulmans et l’Occident. Il y a plutôt conflit entre l’islam et le reste de l’humanité.

Lorsque sa population dépasse un certain seuil, l’islam exerce un contrôle absolu sur les masses musulmanes et met en place des lois et des conditions pour délibérément marginaliser les non-musulmans.

Le phénomène suprématiste de «conquête» se met à l’œuvre… même à l’échelle d’une ville! Dans quelques années, il n’y aura probablement plus un seul catholique à Marawi City.

Ce type de scénario n’est pas une anomalie. Partout, et la preuve est accablante, l’islam démontre sa volonté de domination et son incapacité à cohabiter avec les autres dans le respect de leurs rites et coutumes.

La résignation des catholiques dans ce pays à forte majorité chrétienne fait peine à voir. Ils savent probablement que s’ils affirment leur identité, ils risquent de provoquer des émeutes chez les adeptes de la «religion de paix et de tolérance».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s