à la Une

Interview d’un ancien musulman ayant apostasié

Vous avez peut-être remarqué dans les commentaires des articles de Poste de Veille, ceux d’un certain « Ex-muzz ». Cette personne, alias « L’Insoumis », alias KS, est un ancien musulman ayant apostasié. Et depuis cette apostasie, il s’efforce de faire connaitre au monde les dangers et les bêtises de l’islam, et de les diffuser auprès des musulmans dans le but de les aider à s’en extirper. Il possède un regard de l’intérieur, une expérience personnelle et une connaissance de l’islam très édifiants  – et dans le même temps, cette expérience personnelle est très similaire à celle que vivent des centaines de millions de musulmans. Nous lui avons proposé de nous les faire partager avec cette interview, réalisée par Olaf .

Lire cet interview sur Poste de veille :

Interview d’un ancien musulman ayant apostasié

Majid Oukacha: Le TOP 10 des raisons qui dissuadent de quitter sa secte

Mon livre « Il était une foi, l’islam… » voit sa popularité grandir un peu plus chaque jour, notamment grâce au bouche à oreille de mes lecteurs qui en parlent à leurs proches (famille, amis, collègues de travail). Cette dynamique, je la ressens au quotidien à travers les messages de remerciements que je reçois de plus en plus souvent de la part des différents profils de lecteurs que ma plume a su intéresser, enthousiasmer, convaincre : Français ou non, hommes ou femmes, jeunes et moins jeunes… Les seuls messages d’hostilité que j’ai pu lire jusqu’à présent ont toujours été des récits sans arguments de fond ni nuances formulés par des gens n’ayant jamais lu mon livre (et assumant même parfois un refus catégorique de le lire).

Quand je m’intéresse à un sujet, je n’ai pas peur d’oser en faire le tour, quitte à devoir apprendre à écouter des points de vue antagoniques à mon propre sens moral. Le comportement sectariste consistant à juger un écrivain sur ses (supposées) intentions et pas sur sa production conceptuelle est une hérésie intellectuelle. Ce genre de comportement a inspiré cette nouvelle vidéo que j’ai réalisée… Une vidéo ayant pour but d’évoquer des pistes de réflexions capables d’expliquer pourquoi les gens qui sont sectaires ignorent leur état.

Le jihad par étapes des Frères musulmans (France, UOIF)

Un haut-placé chez l’UOIF des Frères musulmans en France explique que le projet d’un État islamique doit procéder «par étapes» et selon le plus grand secret:
«Voilà comment le Prophète a planifié, dans un secret total, son plan d’action, son projet, son programme. On doit travailler secrètement, jusqu’à ce qu’on mette en place le projet entier.»
«Quand on est en état de faiblesse, il faut attendre un peu. Il faut acquérir la force pour pouvoir réagir. En tant que communauté musulmane de France, nous devrons travailler en douceur, sans crier au loup. Nous devons multiplier nos actions sans faire trop de bruit.»

Majid Oukacha relève le défi lancé par Mouslim933

Mouslim933 est un Musulman (converti à l’islam depuis l’âge de 18 ans) qui a le mérite d’oser défendre ses convictions publiquement, d’être à l’écoute de l’autre, quitte à ce que cet autre émette un avis critique et antagoniste vis-à-vis de ses convictions religieuses. Dans une vidéo Youtube, il a lancé un défi : il veut que l’on lui prouve que l’islam est faux. Je relève ce défi. Voici ma réponse…

Allah est un Dieu lunaire

Allah, dieu lune ? de Paul Sabau

http://ostervald.free.fr/muslim/allah/dieuluneallah.htm

On retrouve dans le Coran des emprunts, à la morale juive et chrétienne de la Bible et des évangiles, ainsi que de la morale générale de l’humanité, et des préceptes de l’ancienne société arabe.

Pour résumer, le Coran, qui contient des extraits de la Bible – (qui fut falsifiée d’après un musulman vivant au 11e siècle et qui ne la comprenait pas), n’est-il pas non plus pollué et falsifié par ces extrais de la Bible? Il comprend également des textes inspirés de la pensée et des désirs personnels de Mahomet, des traditions et des moeurs du paganisme arabe, des légendes, des fables et des connaissances erronées. Quant à l’existence d’un archétype céleste de l’écriture sainte dont le Coran aurait été tiré, c’est une croyance que nous ne pouvons admettre car le Coran contient des textes sur la polygamie, la répudiation, la Guerre sainte, la vie conjugale de Mahomet, de son harem et du commérage de ses épouses … Il n’est peut-être pas la copie conforme de « la Mère du Livre ». (G. Tartar, regard sur l’Islam, face à l’islam que faire? 1996).

Est-il la Parole de Dieu ou est-il une parole de Dieu ?, ou contient-il une partie de la Parole de Dieu?

Certains auteurs l’on intitulé la « contrefaçon suprême du diable ».

Le prophète se heurte aux leaders religieux juifs qui l’accusent de peu de connaissances bibliques. En revanche Mahomet reproche aux Juifs d’avoir altéré les révélations divines dont ils étaient les dépositaires.

Toutes les sourates coraniques sont précédées de la proclamation suivante: « Au nom du Dieu clément et miséricordieux », ceci ressemble fortement aux formules composées pour l’adoration de Baal ainsi que pour les divinités sémitiques les plus importantes.

Le grand mensonge de l’Islam c’est que la source de la révélation faite à Mahomet est le Dieu de la Bible adoré par les Juifs et les Chrétiens.

En réalité, Allah, est le nom de la divinité païenne, le dieu lune.

A l’époque de Mahomet une statue d’Allah ( dieu lune ) avec 300 ou 360 autre divinités étaient adorées au sanctuaire de la Ka’ba.

L’Islam s’appelle »l’une des trois religions monothéistes ».

En réalité c’est l’idolâtrie raffinée, un monothéisme païen. Le «  » prophète «  » Mahomet a éliminé les autres divinités et a élevé Allah (dieu lune ) dieu de la Ka’ba.

Allah n’est pas le mot Dieu (ni le Dieu de la Bible), c’est le nom de la divinité lune.

Le Dieu de la Bible est Yahvé, le « Je Suis celui qui Suis ».

Dans la langue arabe le mot dieu c’est  » ilah », dans la Chahada:  » la ilah illa Allah ( dieu lune )… », pas dieu autre qu’Allah ( dieu lune ).

L’expression ou plutôt la confession, l’affirmation, « Allah ( dieu lune ) hou Akbar » « Allah ( dieu lune ) est le plus grand », ne voudrait-elle pas dire que Allah ( dieu lune ) est le plus grand de tous les dieux, divinités adorées à la Mecque ? »

Le Coran dit: L’oeil du Prophète ne se détourna ni ne s’égara un seul instant. Il a vu la plus grande merveille de son Seigneur. Que vous semble de Lat et d’Al’Uzza ? et cette autre, Manat, la troisième idole? Aurez-vous des fils et Allah ( dieu lune ) des filles? Ce partage est injuste. Ce ne sont que des noms, c’est vous et vos pères qui les avez ainsi nommés… » (S. 53: 17-23). Allah ( dieu lune ) ne serait pas le Dieu révélé à Abraham, Isaac et Jacob, mais une divinité, une idole élevée au titre du Dieu unique.

Un ex musulman aurait prononcé cette phrase sur Allah ( dieu lune ): « L’esprit qui s’appelle Allah ( dieu lune ) est un esprit de mensonge qui a pris sur lui l’ancien nom du dieu arabe Allah ( dieu lune ). C’est un mauvais esprit de Satan qui règne avec puissance jusqu’à ce jour. »

Mahomet eut une quinzaine de femmes légitimes et onze concubines, mais tant que Khadidja vécut il n’eut point d’autre femme. A l’exception d’un fils Ibrahim, qu’il eut de la Copte Marie, et qui mourut avant lui, tous ses enfants étaient de Khadidja: 4 garçons, Kacem, Taïeb, Taher et AbdAllah; et 4 filles: Fatima, Zeïnab, Rokaïa et Omm Koltoum.

D’après les historiens, chercheurs et archéologues, Allah ( dieu lune ) était adoré dans la société pré-islamique et il était associé à trois autres divinités.

La Ka’ba

Allah ( dieu lune ) , était le dieu lune représenté par la Pierre noire, la Ka’ba (Kaaba), au centre d’un espace protégé (huma) où d’une enceinte sacrée (Haram), à la Mecque.

Aujourd’hui la Ka’ba est un édifice cubique au centre de la grande mosquée à arcades en quadrilatère, formé suivant le plan primitif. Dans sa paroi est scellée la Pierre noire vénérée par les Musulmans. A la Mecque, au moins 360 divinités étaient adorées avant la venue de l’Islam.

Le croissant de lune ou demi-lune, symbole d’Allah ( dieu lune ) fut plus tard adopté par les musulmans comme signe général de l’Islam.

L’adoration à la Ka’ba fut peut-être établie quand la tribu koraïch fut venue de Mésopotamie ou de Syrie vers la Mecque au IIIe-IVe s. de notre ère. Vers le Ve s. elle s’impose et contrôle la ville, au détriment d’une tribu yéménite Khuza. En s’entourant des notables et de l’élite de la ville, cette nouvelle tribu fit de la Mecque un grand centre de pèlerinage pour les tribus d’Arabie.

Les pèlerins tournaient autour de la Pierre noire par le rite de la circumanbulation, parfois nus et en embrassant et en touchant la Pierre. Des sacrifices d’animaux et peut–être d’enfants étaient offerts aux idoles et à Allah ( dieu lune ). La divinité principale avant la venue des Koreïchs était Hubal, et des sacrifices sanglants étaient offerts devant cette idole.

La divinité Allah ( dieu lune ) était accompagné d’une famille de trois idoles, ses filles.

La généalogie d’Allah ( dieu lune ) peut être retracée jusqu’au Yémen où, jusqu’à Babylone, le siège de toute l’idolâtrie. A Babylone, le paganisme a débuté à l’époque de Nimrod, le supposé constructeur de la Tour de Babel. Nimrod, déifié fut connu sous le nom de Baal, Moloch… et finalement Allah ( dieu lune ).

L’adoration de Baal comprenait des sacrifices, des prosternations et embrassement de l’idole, ce qui se pratiquait à la Ka’ba et ailleurs en Arabie. Baal, la divinité de fertilité fut remplacé en Arabie par un autre dieu, Allah ( dieu lune )un dieu du désert d’Arabie.

Toutes les sourates coraniques sont précédées de la proclamation suivante: « Au nom du Dieu clément et miséricordieux » . Ceci ressemble fortement aux formules composées pour l’adoration de Baal ainsi que pour les divinités sémitiques les plus importantes.

Les trois déesses

Dans l’antiquité tout un panthéon de divinités était adoré. Il ressort qu’une constante était la norme dans le paganisme ancien, c’est qu’une relation existait entre un dieu-mâle et la déesse-mère, une sorte de famille de divinités.

La mythologie méditerranéenne contient l’adoration d’une déesse qui apparaît sous trois natures, noms et aspects. Les trois aspects correspondent au ciel, à la terre et au monde inférieur; au passé, au présent et au futur et surtout à ses manifestations de Vierge, de Mère et de Femme âgée.

Avant la venue de l’Islam, les peuples d’Arabie adoraient déjà une déesse trinitaire du désert. AI-Uzza (la puissante), représentait l’aspect de la Vierge guerrière. AI-Lat, dont le nom signifie simplement la « déesse », avait l’aspect de la Mère, reliée à la Terre et ses fruits et le maître de la fécondité. Le troisième aspect était représenté par Manat, la déesse vieille femme qui dirige le sort et la mort.
Cette déesse adorée dans le monde antique est la même que celle qui est représentée comme la femme de Baal. C’est Astarté, Ishtar, Ashtart (divinité assyro-babylonienne, déesse de l’Amour et de la Fécondité, elle était l’objet de cultes licencieux), Sémiramis, Isis, Vénus, Fortune, Diane, Elat, etc.
Baal, est supposé avoir eu trois filles, qui furent appelées sous différents noms dans le monde antique. Les Kureïches auraient adopté Allah ( dieu lune )en tant que Baal, dieu-mâle, et ajouté à son culte les déesses, comme cela se faisait dans le culte de Baal avec ses trois filles dans le Croissant Fertile.

– AI-Lat (Allat), était la « Dame du temple » au Panthéon sémitique de Palmyre, souvent mentionné dans les sources anciennes. Elle était la déesse mère (al-Ilahal), représentant le soleil, et faisant figure de mère parmi les dieux et les déesses, la Grande Mère Terre dans la mythologie ancienne et l’Astarté des Arabes. De Palmyre elle fut introduite dans la région du Hedjaz. Si Allah ( dieu lune ) signifiait « le dieu », de même AI-Lat signifiait « la déesse », et elle était adorée à Ta’if, ville proche de la Mecque et les Mu-Attib en étaient les prêtres. C’est sous la forme d’une grande pierre de granit blanc qu’elle était adorée.

– Manat, peut-être la déesse d’origine arabe, apparaît avant al-Lat et al-Uzza. Il semble qu’elle soit arrivée en Arabie de Palmyre, ou elle était adorée à côté de Baal. Son sanctuaire se trouvait proche de Yathrib, à Kudaid. Cette déesse du destin, s’occupait des naissances, mariages et de la mort. A la venue de Mahomet sa popularité déclinait, et il fut relativement aisé aux Arabes de l’abandonner pour Allah ( dieu lune ).

– AI-Uzza (la Forte), était la divinité la plus populaire de la Mecque, à l’époque de Mahomet, outre Hubal. Les Arabes sacrifiaient des garçons et des filles à cette déesse. La tradition mentionne que Mahomet dans sa jeunesse lui a offert en sacrifice un agneau blanc.

Est-ce sur le mont Hira que Mahomet lui a offert cet agneau ?

Dans sa lutte contre les mecquois, Mahomet aurait détruit leur temple de AI-Uzza. Donc, quand ces trois déesses furent détruites, Allah ( dieu lune ) régna d’une façon suprême en Arabie.

GHISLAINE DUMESNIL – L’ ISLAMISATION DE LA RATP (France)

Ghislaine Dumesnil a travaillé 16 ans à la RATP  (Régie autonome des transports parisiens). Dans un témoignage poignant, elle raconte comment son entreprise a évolué au gré des « plans banlieues » et de l’arrivée d’employés islamistes. Brimades sexistes, refus de prendre un bus derrière les femmes… son quotidien l’a poussé à quitter la RATP … et la région parisienne.

La religion ou l’usurpation de l’humanisme

Anthropologue de formation et journaliste de profession, Daniel Baril est un militant laïque bien connu. Il est membre du Conseil d’administration de l’Association humaniste du Québec et du Mouvement laïque québécois qu’il a présidé pendant plus d’une vingtaine d’années. On lui doit plusieurs centaines d’articles d’analyse sur la laïcité publiés dans les quotidiens et magazines plus spécialisés. Il a également codirigé les ouvrages collectifs Heureux sans Dieu (VLB, 2009) et Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec (PUL, 2013). Ses travaux en anthropologie biologique ont conduit à la publication de La grande illusion : comment la sélection naturelle a créé l’idée de Dieu (MultiMondes, 2006). Retraité de l’Université de Montréal, il tient actuellement le blogue « Raison et laïcité » sur le site de Voir.ca. »